Selon quels critères les investisseurs analysent-ils les projets ?

  • – shutterstock.com

Au-delà des critères généraux clairement affichés par les investisseurs, il existe des critères implicites qui sous-tendent leur décision d’investir ou non. Il est important que vous en ayez conscience pour mieux comprendre leurs attentes. Guide « Lever des fonds »

Quels sont les enjeux des investisseurs ?

La rémunération que l’investisseur peut attendre de l’investissement est de plusieurs natures :
• Pendant la durée de l’investissement, au titre des dividendes et éventuels intérêts. Néanmoins  dans  le  cadre  de  projet de  création  d’entreprise,  la  probabilité de distribution de dividende est très faible, dans la mesure où le résultat net comptable est réinvesti dans l’entreprise afin  de  financer  son  développement. Les  intérêts  liés  à  un  investissement sous    forme    d’obligations    génèrent une rémunération, mais qui n’est pas suffisante par rapport aux risques pris,
• À terme, lors de la revente des titres, la plus-value éventuelle réalisée. La rémunération de la société de capital investissement résulte de la différence entre le prix de vente et le prix d’achat de chaque titre. Cette plus-value dépend de la valeur créée par l’entreprise dans l’intervalle, et de l’appétence du marché au moment de la revente.

Pour l’investisseur, à l’échelle d’un investissement, les risques à évaluer sont donc les suivants :
• Le  risque  de  rentabilité :  est  que  la revente de ses parts dans l’entreprise ne lui permette pas de réaliser un niveau de rentabilité jugé suffisant. Pour réaliser une plus-value significative, il faut que le prix de vente soit largement supérieur au prix d’achat, et donc que, dans l’intervalle, la société ait créé plus de valeur. Une entreprise qui afficherait des résultats constants, bien que rentable, ne constituerait pas une bonne opération pour un investisseur. La rentabilité de l’investissement pour un investisseur est calculée sous la forme du TRI (= Taux de Rendement Interne), variable prenant en compte le montant de la plus-value et la durée pendant laquelle «l’investissement est bloqué»,
• Le risque d’illiquidité : l’investisseur a fait l’acquisition de titres de la société ; il doit pouvoir les revendre à terme (à 5 ans en moyenne). Le risque vient du fait que les fonds gérés par les investisseurs ont des durées de vie limitées (en général 10 ans), et que les investisseurs sont tenus de rembourser leurs souscripteurs avec une plus-value, à l’échéance du fonds. Ils doivent être en mesure de vendre leurs titres au plus tard à échéance du fonds, et cela dans de bonnes conditions.

Lorsque l’entreprise ne présente pas une situation économique suffisamment attrayante pour trouver des acquéreurs, on dit que l’investisseur est « collé » à l’entreprise, car il ne  peut pas vendre ses titres et donc ne peut pas rendre « liquide » sa participation.
Les critères de décision d’un investisseur sont multiples, mais ils visent tous à s’assurer que les risques pris sont mesurés et rentrent dans sa stratégie globale d’investissement.

Quels sont les critères des investisseurs à l’échelle du projet ?

Pour évaluer ces risques, l’investisseur va donc analyser plusieurs aspects :
• Le   potentiel   de   création   de   valeur à horizon 2 à 7 ans en moyenne. Ce potentiel doit être élevé pour intéresser l’investisseur. Il recherche soit une entreprise à fort potentiel de croissance (capital-risque), soit une entreprise dégageant déjà une rentabilité importante (capital-développement),
• Le potentiel de cession des titres à terme. Pour un investisseur, il existe plusieurs voies de sortie, dont principalement :
-Cession industrielle : revente des titres à un groupe industriel,
-Introduction en Bourse,
-Cession des titres aux actionnaires historiques,
-Cession des titres à de nouveaux investisseurs,
-Réduction ou amortissement du capital (cas très peu favorable),
Mais seules la cession industrielle et l’introduction en bourse sont fortement rémunératrices, les introductions en bourse étant beaucoup plus rares. L’investisseur cherchera à s’assurer qu’une telle sortie est envisageable à terme. C’est pourquoi, avant même  de  rentrer  au  capital,  l’investisseur vous  demandera  quelle  est  votre  stratégie et comment ils pourront sortir. Si vous faites entrer des investisseurs au capital, vous devez avoir intégré cette revente à terme,
• L’affectio societatis et la confiance dans l’équipe dirigeante pour atteindre ces objectifs de création de valeur, et de négociation d’une revente des titres au prix le plus élevé possible.

De ces grands critères découlent des critères plus concrets d’analyse des projets :
• La  nature  du  produit  et  du  marché. Notamment la taille estimée du marché, la croissance et le caractère saisonnier de l’activité,
• La      stratégie      et      la      dynamique concurrentielle.Notamment la nature et le niveau de concurrence, la puissance des  fournisseurs  et  des  distributeurs, la capacité à bloquer la pénétration de nouveaux entrants…,
• Les  capacités  de  l’équipe  dirigeante. Notamment le leadership et l’expérience du dirigeant et de son équipe managériale, les compétences  organisationnelle et administrative, les capacités en marketing, ventes et production,
• Les projections financières. Notamment le délai pour atteindre le seuil de rentabilité et le taux de rendement attendu,
• Le financement. Lien entre l’opportunité et les objectifs fixés aux fonds requis. Les sociétés de capital-risque doivent être attentives à leur portefeuille ainsi qu’aux engagements pris envers leurs investisseurs quant au type de placement qu’elles réalisent (comme les créations d’entreprises, les reprises par les salariés, etc.),
• Les  modalités de l’opération d’investissement.  Nature spécifique de l’investissement, niveau de développement de la société, possibilité de réunir plusieurs investisseurs dans l’opération et d’investir en plusieurs étapes (c’est-à-dire à des stades plus avancés dans la croissance).

En termes de hiérarchie de ces critères, il faut savoir que :
• Les investisseurs cherchent principalement à savoir si le dirigeant et son équipe disposent des qualités de«leadership» et des compétences en management requises pour mener à bien le projet. Ce raisonnement est logique, car ces qualités conditionnent le reste du projet,
• Le second critère est la proposition de valeur et le potentiel du marché. L’entrepreneur doit avoir une stratégie produit/marché claire, fondée sur un produit/service original permettant de créer des barrières à l’entrée. Il est essentiel qu’il dispose de données financières crédibles indiquant clairement le délai prévu avant d’atteindre le seuil de rentabilité,
• La nature et le niveau de concurrence sur le marché sont moins importants que la capacité apparente de l’équipe dirigeante à maintenir et à défendre sa part de marché,
• Les projections financières ont un certain poids, mais sont moins importantes que les considérations relatives à l’équipe dirigeante et au potentiel, car elles ne sont effectives que lorsque le projet est devenu réalité. Les investisseurs savent bien que toutes ces informations ne serviront strictement à rien si l’opportunité n’est pas solide.

Quels sont les critères des investisseurs à l’échelle de leur portefeuille ?

Sachez qu’il existe d’autres critères, des critères « macro » internes à l’échelle plus globale de leur portefeuille. Ces critères ne sont souvent pas exprimés ouvertement, et pourtant ils sont tout aussi importants que ceux liés à la qualité du projet, et il vous est plus difficile de les connaître.
L’espérance de rentabilité du portefeuille est évidemment liée à l’espérance de rentabilité pour  chaque  participation.  Mais  l’atteinte des objectifs à moyen et à long terme de l’investisseur repose également sur les stratégies d’ensemble qu’il adoptera dans la gestion de son portefeuille.
C’est encore plus le cas à des stades précoces d’intervention     (amorçage et création), pour lesquels les taux de sinistralité sont significatifs.

Exemple :
En amorçage le risque est tel que, même si l’investisseur espère que chaque participation sera une réussite, sur 10 projets investis :
• 5 engendreront une moins-value (voire une perte totale),
• 2  permettront uniquement de rembourser l’investissement sans plus-value,
• 2  permettront  de  générer  une  petite plus-value,
• Et  seulement  1  projet  sera  une  réelle success story, permettant de compenser les pertes et de réaliser une rentabilité globale du portefeuille

La diversification du  portefeuille répond à l’adage nous  incitant à « ne  pas  mettre tous nos œufs  dons  le même  panier ».  De plus, elle  offre la possibilité aux  investisseurs, à risque  égal, d’augmenter le rendement à moyen et à long terme de leur portefeuille.
La diversification d’un  portefeuille consiste à répartir le montant global :
• Entre  les catégories de véhicules de placement, lorsque  la société de gestion a plusieurs fonds,
• A    l’intérieur   d’un   même  groupe   de voleurs, par exemple les  actions ou  les obligations,
• Entre des  titres provenant de différents secteurs industriels. Par un dosage approprié    des  différents secteurs, l’investisseur diminue sa  vulnérabilité par rapport aux  difficultés que pourrait connaître un secteur et il tente de profiter ou maximum de la conjoncture favorable dont peut   bénéficier   un  secteur  à un moment donné,
• Entre  des  titres présentant  des  degrés de risque  différents, et donc souvent des stades d’intervention différents.
D’autre part, les investisseurs ont des critères liés à leurs délais d’investissement :
• Pour  les fonds liés à I’ISF, ils doivent souvent   investir  beaucoup  avant  une dote limite, ce  qui  peut jouer  en  votre faveur,
• Lorsque  le délai  se raccourcit  avant la fin de vie du fonds, les investisseurs choisiront de préférence des entreprises pour  lesquelles le délai  de sortie envisageable est le plus court possible.

En résumé
Pour les investisseurs, chaque investissement représente un fort enjeu. Ils risquent notamment :
-De ne jamais pouvoir revendre les actions souscrites,
-De tout perdre si l’entreprise dépose le bilan,
-De réaliser une moins-value si l’entreprise ne s’est pas développée comme convenu, et se revend à une valeur inférieure à celle de l’entrée des investisseurs.
C’est pourquoi ils analysent avec attention le potentiel du projet, et donc en priorité la capacité de l’équipe à réaliser ce potentiel, mais aussi leur capacité de sortie dans les meilleures conditions. Plus vous intégrez ces critères dans vos échanges avec eux, et plus vous augmentez vos chances d’aboutir, tout en sachant que d’autres critères plus globaux sont pris en compte, sur lesquels vous n’avez pas réellement d’emprise.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s