Monthly Archives: juillet 2015

Here’s Why LinkedIn Shares Are Tanking Today

TIME

LinkedIn announced Thursday that its sales and earnings in the second quarter had beaten analysts expectations. How did investors react? They sold big-time.

Shares of LinkedIn fell $21, or just over 10%, on Friday to just over $205. That’s the company’s biggest one day stock dive since the end of April, when the shares fell nearly $50 in one day.

What happened? Like many résumé writers, LinkedIn seems to have taken some liberties to make its earnings seem more impressive than they actually were.

First of all, the company’s earnings beat was manufactured — LinkedIn told analysts to lower their expectations at the end of April, so when the earnings came out, they were actually better than the most recent expectations, but lower than what people thought the company would earn a few months ago.

Second, the company said by its metrics it earned $71 million in the second three…

View original post 234 mots de plus

Publicités

Quels sont les moteurs et les freins à la digitalisation des entreprises ?

 Floriane Salgues

Mettre en oeuvre la transformation numérique de son entreprise : un enjeu de taille. Le rendez-vous d’affaires Marketing Digital One to One, qui se tient les 4 et 5 juin à Biarritz, a interrogé des décideurs marketing sur les freins et les moteurs rencontrés au sein de leur organisation. Résultats.

9 Laws of Social Media Marketing

Remember how in elementary school science you learned about the physical laws that ordered the universe? And how, once you knew about the underlying rules of energy and matter, the details of a lot of things just made more sense?

Susan Gunelius has applied the idea to social media marketing. She’s asked the question: What are the fundamental laws that underlie everything we do on social media? And how can you understand those laws to better serve your brand?

Here are the laws that Gunelius feels are the building blocks of social media:

1. The Law of Relationships

The most basic element of social media should be obvious from its name. What’s the atom, the most essential thing of which social media is made? Social relationships.

In any decision you make, your first consideration should be: How will this affect my relationships? Will it strengthen the ones I already have? Build more of them?

All the other laws of social media marketing are related to this first law.

2. The Law of Listening

Unlike other media, social media is interactive. This what really sets social media apart. It’s two-way communication. It makes everyone and their uncle a content creator. This complicates and expands what is possible for social media. Instead of writing a monologue, we must be in dialogue.

One of the defining factors in social media marketing is listening. Listen to what your customers are saying about you. What do they love? What do they hate? Listen to what people are saying about your competitors. If you sell candy bars, what are people saying about candy bars in general?

You customers have a dynamic relationship with your product; it changes over time. You can only know how it is evolving if you listen.

3. The Law of Focus

Social media marketing is relatively new. In the beginning, there were fewer players on the social media marketing scene and so sometimes brands would try to be all things to all people. But as the market place has gotten more crowded, a better strategy is to focus. Find a niche. Find your demographic. Find your unique voice. Focus on these things.

“A highly-focused social media and content marketing strategy intended to build a strong brand has a better chance for success than a broad strategy,” writes Gunelius.

It is better to have a strong relationship with the people who are really into your brand, then to have a weak, dilute relationship with a bunch of people who may or may not be your best audience. Which brings us to…

4. The Law of Quality

You want good quality social media relationships. Just like good friends, they are worth their weight in gold. Being focused can help with this: it will help you meet the needs and expectations of your best customers. But you need to invest in good relationships. You can do that by creating good quality content. You can do that by listening. You can do that by interacting with your customers.

“Quality trumps quantity,” writes Gunelius. If you have a Twitter following of 1,000 who retweet you and engage with what you have to say, it is worth way more than a following of 10,000 where many of the your followers have you on mute.

5. The Law of Compounding

You know that investing money over time leads to compound interest. You can make interest on the money you made as interest.

Because social media marketing can increase its reach through social sharing, a similar phenomenon exists. Think of it as social compounding. You make good content and share it with your network. Then someone shares it with theirs, and then it turn it gets shared again because of that sharing. When it works, it really, really works.

“This sharing and discussing of your content opens new entry points for search engines like Google to find it in keyword searches,” writes Gunelius. “Those entry points could grow to hundreds or thousands of more potential ways for people to find you online.”

6. The Law of Patience

This is a law that applies to most things in life, and yet people often don’t think it should apply to social media marketing. Social media marketing can reach untold numbers of people, right? And you can communicate with them instantaneously, right? Yes. But you still need to build relationships, and that takes time.

7. The Law of Value

Value is one of the most essential things that you should be providing your customers via social media. What does your content give them that they don’t already have? The answer to this question might be something ephemeral: a laugh, maybe. Or it might be concrete: helpful information.

Too many companies believe that only their product must provide value. But in fact their communication should provide value as well.

8. The Law of Acknowledgment

“You wouldn’t ignore someone who reaches out to you in person so don’t ignore them online,” writes Gunelius.

It’s all about reciprocity. You write to me, I write to you.

If you think of the basic building block of social, its atom, as it were, as the relationship, then anything that builds relationships is important. Acknowledgement and reciprocity build relationships. People want to feel seen and heard. So watch and listen.

“You can’t expect others to share your content and talk about you if you don’t do the same for them,” writes Gunelius. “So, a portion of the time you spend on social media should be focused on sharing and talking about content published by others.”

9. The Law of Accessibility

As we established before, one of the essential aspects of social media is its interactivity. It makes everyone a contributor. So if you act like a traditional publisher and just broadcast your message, you are missing out. Join the fray on your social networks.

“Don’t publish your content and then disappear,” writes Gunelius. “Be available to your audience.” Be part of the conversation. Show up consistently on your social networks. Build your relationships.

(The image was made at Hetemeel.com where you can make Einstein say whatever you want.)

4 signes qui montrent que vous êtes fait pour être entrepreneur

Tout le monde n’est pas fait pour être entrepreneur. Pour savoir si vous avez le virus de l’entrepreneuriat, voici quelques signes qui ne trompent pas.

Alors que 43% des enfants et des adolescents américains déclarent qu’ils veulent monter leur entreprise, seulement 13% des adultes se sont lancés dans des activités entrepreneuriales.

De quelles qualités disposent les individus dont l’ambition entrepreneuriale a survécu au passage à l’âge adulte ?

Pour le découvrir, des chercheurs des universités de Tufts et Stanford ont passé trois années à étudier plus de 5 000 étudiants pour identifier les traits de caractère et les comportements des entrepreneurs en herbe.

Les chercheurs ont récemment publié leurs résultats dans The Wall Street Journal. Leurs conclusions sont les suivantes : 4 indicateurs montrent que vous avez tous les atouts pour monter votre affaire.

Avoir une bonne maîtrise de soi

La maîtrise de soi est liée à d’autres qualités comme la volonté ou l’esprit d’initiative. Dans l’étude, les étudiants qui se décrivaient comme « autonomes » avaient 1,5 fois plus de chance de devenir entrepreneurs que les autres. De même, les étudiants qui avaient déjà lancé un nouveau club dans leur école ou qui avaient rallié des personnes autour d’une cause spécifique étaient presque deux fois plus susceptibles d’avoir des ambitions entrepreneuriales.

La persevérance face à l’échec est une autre composante de la maîtrise de soi. Par exemple, un étudiant interviewé a remporté une compétition commerciale en ligne lorsqu’il était lycéen. Pour celà, il avait essayé de nombreuses méthodes pour vendre des composants électroniques d’occasion, jusqu’à en trouver une qui fonctionne.

Avoir le soutien de votre entourage

Près de 45% des entrepreneurs en herbe ont un parent qui a monté sa propre entreprise, contre 29% des autres étudiants. Les premiers ont vu des membres de leur famille, des amis, des mentors monter leur propre entreprise. Cette situation peut donc les encourager à se lancer dans cette voie.

Par exemple, une personne interrogée par les chercheurs déclarait qu’un ami de son père avait monté un restaurant à succès sans connaissance particulière ni expérience dans le domaine. Ce proche a été pour elle une véritable source d’inspiration.

Avoir l’esprit créatif

Plus des trois-quarts des futurs entrepreneurs font preuve d’un haut degré d’innovation, contre 47% pour tous les autres. « Ces créatifs trouvent de nouveaux moyens de réaliser les tâches quotidiennes et choisissent de construire de meilleures solutions pour résoudre un problème plutôt que d’opter pour une méthode éprouvée », expliquent les chercheurs.

Avoir de l’intérêt pour le monde des affaires

Lorsqu’ils étaient étudiants, beaucoup d’entrepreneurs en herbe cherchaient déjà à développer leurs compétences dans le domaine des affaires. D’autres suivaient des cours de business ou de management, même si ce n’était pas la spécialité de leur diplôme.

Porter un intérêt au monde des affaires est aussi étroitement lié à une connaissance de la finance. L’étude a montré que les entrepreneurs en herbe étaient deux fois plus susceptibles d’avoir une haute connaissance de la finance. Par exemple, ils cherchaient activement des occasions pour investir.

Article de Shana Lebowitz. Traduction par Manon Franconville,

The Fed still focused on September

Philippe Waechter's blog

The Fed, in its press release, has let open all the options for hiking rates before the end of the year but September is still high on the agenda. The US central bank has reminded us that its decision will be data dependent and that the improvement on the labor market is the kind of data that could accelerate the decision. But on the other side, lower energy price will not hasten the convergence of inflation to the 2% target.
In other words the Fed has noticed that even growth prospects remain moderate there are stronger dynamics than in June on households and on the labor market. Imbalances are still there on the labor market but more limited than in June. Exports and investment are still a drag to a stronger expansion.

View original post 587 mots de plus

« Intelligence artificielle » militaire: pourquoi les scientifiques s’inquiètent

Par Victor GarciaLe robot du film Terminator, qui vient de fêter ses 30 ans, à l'Egyptian Theatre d'Hollywood le 15 octobre 2014

Le robot du film Terminator, qui vient de fêter ses 30 ans, à l’Egyptian Theatre d’Hollywood le 15 octobre 2014

afp.com/Frazer Harrison

Plus de 1000 experts en robotique et en intelligence artificielle ont signé une lettre qui alerte sur le développement de l’intelligence artificielle militaire et les « armes autonomes » capables d’ôter la vie.

Empêcher « le jour du Jugement dernier« . Voilà ce que plus de 1000 experts en robotique et en intelligence artificielle, mais aussi des intellectuels et philosophes, sont bien décidés à faire. Leur lettre ouverte mettant en garde contre les « armes autonomes » et « la course au développement d’une intelligence artificielle militaire » (la lettre complète ici) a rapidement fait le tour du monde, ou du moins d’Internet, et a engendré de nombreux débats.

A l’appel d’Elon Musk, entrepreneur cofondateur de SpaceX et de Tesla Motors, John Carmack, l’un des développeurs de jeux vidéo les plus connus au monde, répond: « Cela semble bien trop inéluctable. Argumenter contre serait futile ».

« Même si c’est inéluctable, nous devrions au moins tenter de retarder l’avènement de l’intelligence artificielle militaire. Le plus tôt n’est pas le mieux », lui rétorque Musk. Un débat auquel Markus Persson, le développeur du jeu Minecraft, et Marc Andreessen, le fondateur de Netscape, se sont greffés.

En guerre contre les « robots tueurs »

Ce que redoutent très précisément le physicien Stephen Hawking, l’entrepreneur Elon Musk, le philosophe Noam Chomsky et les autres grands noms qui ont signé cette lettre ouverte, c’est une « course au développement d’une I.A. militaire ». Et plus particulièrement son aboutissement: les « armes autonomes », plus communément appelées « robots tueurs ». Concrètement, il s’agirait de drones -des tanks, des avions- ou de robots humanoïdes qui pourraient décider, de manière autonome, d’ôter la vie.

La différence avec les drones actuels -pilotés par des hommes- ou les missiles téléguidés? Ce ne serait plus un humain qui « appuierait sur le bouton » pour ôter la vie, mais une machine, un programme basé sur un algorithme sophistiqué, « intelligent », capable de déterminer qui doit mourir, ou non. Cette « menace » bien réelle « compte tenu des progrès technologiques » pourrait se manifester « d’ici quelques années », estiment les chercheurs.

La réflexion n’est pas nouvelle. Cinq experts en intelligence artificielle dont Stuart Russell, professeur d’informatique à l’Université de Californie, avaient déjà publié un rapport dans la revue Nature en mai. L’ONG Human Rights Watchs avait fait de même un mois plus tôt, en s’attachant notamment aux problèmes juridiques et l’impossibilité de déterminer une responsabilité légale en cas de meurtre.

Si « une puissance militaire majeure commence à se développer sérieusement dans ce domaine, inévitablement, les autres suivront ». Il faut donc, selon les signataires de la lettre ouverte, interdire au plus vite l’utilisation de l’IA dans le domaine militaire, tout comme la course vers « la guerre des étoiles » ou encore l’utilisation d’armes chimiques et biologiques ont été bannis dans différents traités internationaux.

Où en est la recherche militaire et civile?

Autant être clair, pour le moment, nous sommes encore loin de Skynet -une véritable intelligence artificielle consciente d’elle-même- et de ses Terminators. Mais les progrès -qui permettront bientôt aux militaires de présenter une technologie « acceptable, fiable, sûre »- sont bien réels.

La preuve? L’explosion récente du « deap learning » -utilisée par Google, Facebook, Microsoft, Amazon etc.- par exemple. Cette technologie se base sur « des réseaux de neurones artificiels » capables d’apprendre à reconnaître une voix, une langue, des visages. Autre avancée technologique: les progrès mécaniques des robots leur permettent désormais se déplacer sur terre, mer, air, de plus en plus facilement.

Mark Gubrud, chercheur à l’université de Princeton et membre du comité international de contrôle des robots armés, en est persuadé: « L’armée (américaine, NDLR) ne veut pas entendre parler d’une ligne rouge (consistant à interdire aux robots de décider de tuer, NDLR) ce qui revient à dire ‘nous allons le faire' », explique-t-il sur The Verge.

La peur de perdre le contrôle sur la machine

Mais pourquoi les « robots tueurs » seraient forcément une menace? Dans leur lettre, les scientifiques abordent quelques arguments « pour ou contre ». Les « armes autonomes » pourraient remplacer les Hommes sur le champ de bataille et ainsi diminuer les pertes humaines -pour le camp qui les possède. Mais ils pourraient aussi réduire les réserves des va-t-en-guerre: sans perte humaine, moins de critiques de l’opinion publique.

« Peu coûteuses et ne nécessitant pas de matériaux rares, contrairement aux bombes nucléaires, ces armes deviendraient rapidement omniprésentes. Il ne faudrait pas attendre longtemps avant de les retrouver sur le marché noir et dans les mains de terroristes, de dictateurs souhaitant contrôler leur population, de chefs de guerre aux tendances génocidaire, etc. », imaginent encore les auteurs de la lettre.

La couverture des Marteaux de Vulcain, roman de science-fiction de Philip K. Dick. où les super-ordinateurs décident pour l'humanité

La couverture des Marteaux de Vulcain, roman de science-fiction de Philip K. Dick. où les super-ordinateurs décident pour l’humanité

Certes, les fous de guerre n’ont pas attendu les robots pour imposer leur loi et leurs folies. Sauf qu’avec des telles armes, ces opérations seraient plus faciles, moins chères et, surtout, ne se heurteraient plus jamais à la morale et la conscience humaine.

L’intelligence artificielle, oui, mais strictement encadrée

La conscience de soi, la morale et son application au domaine robotique et informatique… C’est bien là le véritable noeud du problème qui, s’il n’est pas directement évoqué, est largement sous-entendu dans la lettre ouverte. Doit-on créer une véritable « intelligence artificielle consciente » d’elle-même, une « singularité technologique« , avec toutes les problématiques qui y sont fatalement liées?

Pourra-t-on, un jour, doter cette machine surpuissante de morale? Et, même si c’est le cas, comment être sûr qu’elle ne décide pas, par raisonnement -typiquement humain- ou à cause d’un programme défectueux, d’éliminer l’humanité comme un logiciel de traitement de mails élimine vos spams?

L’existence d’une armée de robots ou d’armes autonomes dont elle pourrait prendre le contrôle lui faciliterait la tâche. C’est ce qu’imaginent très bien de très nombreuses oeuvres de science-fiction, de Terminator à Philip K. Dick sans oublier Isaac, Asimov -dont les trois (quatre) lois de la robotique sont plus que jamais d’actualité.

Sur ce point, la réponse des signataires est sans doute la partie la plus intéressante de la lettre. « La plupart des experts en I.A. n’ont aucun intérêt à travailler sur les armes intelligentes et ne veulent pas que d’autres (…) prennent le risque de créer un précédent majeur dans l’opinion publique et ainsi couper court aux futurs bénéfices qu’une I.A. pourrait nous apporter ». Car les experts en sont persuadés, « l’I.A. a un énorme potentiel pour aider l’humanité », ce qui devrait d’ailleurs « être le but principal de cette technologie ». L’Intelligence artificielle oui, mais sous contrôle. Un contre-sens par définition?

Entreprendre en famille : la success story des éponymes

MARINA AL RUBAEE

  •  Le passage relai (le trophée Eponymes)  Michel Hervé fils Emmanuel, symbole transmission

    Le passage du relai (le trophée des Eponymes) de Michel Hervé à son fils Emmanuel, symbole de la transmission – clandoeil

Non, il n’y a pas que les start-up qui brillent ! Respecter les traditions tout en insufflant un air de modernité : les entreprises familiales ont de belles cartes à jouer.

Peu médiatisée par rapport à cette vague de start-up qui déferle actuellement, les entreprises familiales ont pourtant de très belles cartes à jouer. Et c’est pour les mettre en avant que s’est déroulée, avant l’été, une cérémonie particulière : celle de la remise des trophées des Eponymes. Assez discrètement, chaque année, et ceci depuis 16 ans, les chefs d’entreprises “éponymiques” sont récompensés pour leur manière exemplaire de diriger et de gérer la structure familiale. « Nous avons été sensibles à ceux qui se sont préoccupés de développer et de consolider l’ancrage de leur société sur un territoire et d’insuffler une organisation managériale innovante », explique Bernard Logié, président et fondateur de l’Association “Eponymes”. Il existait un temps où il suffisait d’être “la fille de” ou “le fils de” pour reprendre les règnes de l’entreprise familiale. Mais à l’heure de l’ère numérique, les règles du jeu ont changé. Au sein des entreprises familiales, une nouvelle génération d’entrepreneurs est en train de naitre, prête à s’impliquer à sa manière afin de poursuivre l’aventure.

Mini-révolution

Dans le cadre de ces prix, ils sont donc deux dirigeants à s’être différenciés. D’abord, une femme. Elle s’appelle Emilie Mellerio, présidente de la Mellerio, dite Mellers, une entreprise familiale d’une trentaine de salariés qui officie dans la haute joaillerie depuis… 1613. La jeune femme est issue de la quinzième génération. Elle en devient la présidente en entrant au Conseil d’administration en 2011. Sa vision ? L’introduction de la parité. Une mini-révolution dans la famille…et dans l’entreprise. Emilie Mellioro le justifie ainsi : « Nous sommes d’origine italienne. Un petit penchant patriarcal a prévalu jusqu’alors. Alors une femme, comme présidente, c’est une première ! » Son défi ? Briser le plafond de verre et de promouvoir des femmes à des postes stratégiques.

A contre-pied d’une vision “courtermiste”

Autre changement : la désignation d’un directeur général qui ne soit pas… de la famille. « A chacun son métier. Nous donnons la stratégie et la direction à suivre et les opérationnels la mettent en œuvre », estime-t-elle. Bien que sa famille soit détentrice d’un savoir-faire, il est important, selon elle, de ne pas négliger certaines technologies comme l’impression en 3D qui permettrait de réaliser des prototypes. Pourtant, Emilie Mellioro ne se voyait pas diriger l’entreprise familiale en sortant d’HEC en 1998. Elle a fait ses armes en tant que chef de produit pour le groupe LVMH avant d’intégrer la maison Mellers comme directrice marketing. Aujourd’hui, la jeune femme se réjouit d’en avoir pris la présidence. Elle prend même le contre-pied de la vision “courtermiste” répandue dans la majorité des grands groupes. «Appartenir à une entreprise familiale, c’est avoir cette capacité de se projeter sur du long terme, c’est-à-dire de se moderniser, tout en gardant ses valeurs d’origine », assure-t-elle. Et même si, en 2015, elle s’expatrie pour rejoindre son mari diplomate, elle restera aux commandes, même à distance.

L’intrapreneuriat comme moteur

Emmanuel Hervé, quant à lui, conserve le mode de gestion mis en place par son père Michel à la création de la société en 1972, spécialisée dans l’énergie thermique. A ce jour, la  “Maison Hervé ” compte 2.800 salariés et réalise 500 millions de chiffre d’affaires. Quel est ce modèle de famille ? La capacité de laisser à chacun la liberté d’entreprendre au sein de la structure afin de contribuer à son développement. Une façon de catalyser les énergies créatives au profit de tout le monde. Le principe même de “l’intrapreneuriat” « Chacun y trouve son compte et peut donner ainsi le meilleur de lui-même. Nous ne fliquons pas mais nous offrons la possibilité à chacun de s’exprimer, de s’impliquer en fournissant les moyens de concrétiser les idées», explique l’entrepreneur de 43 ans.

Rôle de chef d’orchestre

Pour toute grande décision stratégique, le Groupe Hervé adopte la concertation participative. Si elle ne remporte pas la majorité, elle est oubliée. « Nous faisons confiance à l’intelligence collective, souligne le dirigeant. Cela fonctionne depuis plus de 30 ans. Je ne vois pas pourquoi je changerai ce mode d’organisation. Bien que je sois le président du directoire depuis deux ans, j’ai plutôt le rôle de chef d’orchestre, c’est-à-dire, celui qui met en mouvement et harmonise les différentes énergies ».  Selon lui, cela fonctionne parce qu’il a obtenu la reconnaissance de ses pairs. «J’ai occupé différents postes dans l’entreprise et mon travail est reconnu par mes collègues. Ce n’est pas par obligation familiale que j’ai accepté d’en prendre la direction mais parce que je suis en phase avec cette approche managériale et que je m’y reconnais », résume-t-il.
Deux profils d’entrepreneurs. Deux styles différents. Chacun, donc, à sa façon d’incarner les missions et les valeurs de l’entreprise familiale. Mais reste un point commun : une volonté de croissance, de pérennité et de transmission tout en surfant sur les exigences économiques et technologiques de leur temps.

Objectif ? Développez votre business !

  • – shutterstock.com

    Catherine Géry, Doyen corps professoral Novancia

    Catherine de Géry, Doyen du corps professoral de Novancia

Rencontre avec  Catherine de Géry, Doyen du corps professoral de Novancia qui a coordonné l’ouvrage « Objectif Business Développement »*

– Quels ouvrages conseilleriez-vous à un (futur) entrepreneur ?

Pour sortir des sentiers battus,  je conseillerais volontiers de lire « Stratégie océan bleu : comment créer de nouveaux espaces stratégiques » de W. Chan Kim et Renée Mauborgne (Village mondial), et « L’insolite, moteur d’innovation : Être hors tendance pour être fort » d’Anne Brunet-Mbappe (Dunod). Ces deux ouvrages vous pousseront à vous projeter vers d’autres horizons, à explorer d’autres terrains de jeux !

-Un film, une exposition pour les entrepreneurs cet été ?

Le Musée des Arts et Métiers ! Vous pouvez également profiter des vacances pour pousser les portes des entreprises locales ou de Fab Lab, qui peuvent être sources d’inspiration ; vous rendre sur les marchés, discuter avec des  démonstrateurs… tout ce qui suscite votre curiosité !

-Les vacances idéales d’un entrepreneur : à quoi devraient-elles ressembler ?

Profitez-en pour rompre avec votre cadre de vie et vos cadres d’analyse. Allez à la rencontre des autres, profitez de toutes les rencontres pour échanger, croiser les points de vue, observez votre environnement. Refaites le monde et surtout faites le refaire à ceux qui vous entourent ! C’est en écoutant et en vous entourant d’autres talents que vous découvrirez de nouvelles opportunités.

-Un dernier conseil pour un été de créateur d’entreprise ?

Explorer le champ des possibles et de ce qui vous paraît impossible. Laissez vagabonder votre esprit, lâchez prise ! Car comme dit la chanson « prendre du recul, c’est prendre de l’élan » !

Lectures d’été : découvrez un extrait d’ « Objectif Business Développement. Dans la peau des business développeurs »* :

Mettre en place une stratégie de Business Développement, au service d’une orientation marché et d’une orientation produit des entreprises

Dans un contexte de baisse de la compétitivité de l’économie française, le business development, entendu comme une stratégie de recherche permanente d’opportunités conduisant à la création de valeur pour l’ensemble des parties prenantes de l’entreprise, apparaît comme une stratégie adaptée à l’amélioration de la compétitivité prix mais également hors prix de nos entreprises.
Le business development permet en effet de combiner les compétences techniques et commerciales afin de détecter de nouvelles opportunités de croissance.
Le déploiement d’une approche business development permet de dépasser l’approche fonctionnelle de l’entreprise et de faire travailler conjointement la R&D, le marketing et le service commercial. L’entreprise doit ainsi favoriser la créativité et la prise de risque afin de faire flèche de tout bois. Mais cela nécessite aussi de modifier l’approche actuelle de la stratégie.

3.1. Développer une nouvelle vision de la stratégie

En Europe, la vision de la stratégie s’appuie traditionnellement sur la philosophie grecque qui propose de passer d’un modèle à son application. Or nos concurrents, en particulier asiatiques, ont une tout autre approche de la stratégie basée sur la philosophie chinoise, qui favorise la recherche des occasions et des opportunités ; le stratège est alors dans une posture de résolution de problème émanant du marché (Picq, 2011).
Jullien (2009) a également souligné la divergence entre les deux conceptions de l’efficacité et de la stratégie, avec d’un côté une conception occidentale d’origine grecque de l’efficacité, et de l’autre, une conception chinoise de l’efficacité et de la stratégie pour laquelle le stratège est appelé à déterminer, dans une situation, des potentialités et à les exploiter. Cette deuxième approche plus ouverte aux opportunités est davantage orientée vers la création d’idées nouvelles.
Nous retrouvons ici ce qui fonde l’opposition entre l’approche fordiste et l’approche toyotiste. Or la France connaît ainsi depuis les années quatre-vingt une certaine difficulté à passer d’une économie de l’offre (fordisme) à une économie de la demande (toyotisme), et ainsi à « penser à l’envers » (Coriat, 1991).

3.2. Combiner les compétences techniques et commerciales au service du business development

Afin de faire face à la concurrence internationale, et gagner en agilité et rapidité, les entreprises françaises doivent être capables de suivre deux démarches.
La première consiste à adopter une posture de veille scientifique, ce qui suppose une recherche permanente d’innovations d’exploration dans une situation d’incertitude maximale, et donc une incapacité à raisonner par rapport à l’existant.
Pour ce faire, il convient de faire travailler en équipe des chercheurs et des ingénieurs, et de les accompagner de business developers ayant une sensibilité forte aux produits innovants pour rapprocher l’invention du marché. On procède de manière itérative pour apporter les ajustements sociotechniques nécessaires à la transformation de l’invention en innovation. La seconde démarche consiste à savoir saisir les évolutions du marché grâce à des équipes composées en majorité de business developers ayant une forte sensibilité marketing, et des chercheurs et ingénieurs capables de prendre en compte l’évolution du marché pour adapter et faire évoluer leur offre.
Pour mener à bien cette stratégie de business development, l’entreprise s’appuiera sur des business developers orientés marché avec une dominante de compétences commerciales et une bonne sensibilité produits, mais il lui faudra aussi recourir à des business developers orientés produit avec une dominante de compétences techniques complétées d’une sensibilité commerciale. La répartition des investissements entre le business development orienté produit et le business development orienté marché dépend toutefois du secteur d’activité et du type de produits ou services constituant l’offre (produits technologiquement innovants, produits de consommation courante, services de proximité, services aux entreprises etc).

* publié aux Éditions EMS (collection « Questions de société »), 208 pages – 22 euros.

Grandir sous l’aile protectrice d’une grande entreprise

  • – shutterstock.com

Les grands groupes font bénéficier des start-up de leurs expertises. L’objectif est double : accélérer leur développement, et rester au contact des innovations les plus prometteuses.

C’est le moment de vérité appréhendé par les créateurs de start-up, quand il leur faut démontrer que, au-delà de la bonne idée, du produit ou du service innovant, il existe un business rentable. Une étape très consommatrice en cash. Parfois fatale. Pour les aider à franchir ce cap, l’équipementier automobile EFI Automotive (190 millions d’euros de chiffre d’affaires) a créé cet automne Axandus, un « catalyseur qui vise à doper la croissance de start-up et d’entreprise en développement et faciliter leur entrée sur le marché » en mettant à leur disposition les moyens d’essai, de contrôle, de production du groupe et des experts en ressources humaines, marketing et financement. Cet accélérateur industriel accompagne des start-up qui ont fait la preuve de leur concept, des sociétés en amont de leur première levée de fonds, parmi lesquelles Ad-Venta, concepteur et fabricant de piles à combustible dans la Drôme, et Primo1D, qui développe des puces RFID intégrées dans des textiles pour assurer la traçabilité et lutter contre les contrefaçons et les vols. Axandus est très attentif à la sélection des projets qu’il accompagne. Sept ont été abandonnés faute d’atomes crochus avec les dirigeants ou de projets assez matures. Sur la dizaine de projets soutenus, un a fait l’objet d’une coentreprise, trois sont en phase d’accélération.

Incubateur dédié

D’autres groupes privés ont fait le choix de lancer leur propre incubateur ou leur programme d’accompagnement de start-up dans leur sphère d’activités, l’énergie pour Engie, les médias et les nouvelles technologies pour Canal+, le numérique pour Outscale. Engie fait équipe avec l’agence de développement économique Paris & Co et cible les produits, services et technologies centrés sur l’amélioration énergétique des villes. Cinq start-up ont été sélectionnées pour bénéficier du coaching des experts du groupe, dont Start Impulse à l’origine d’une nouvelle génération de compteurs communicants testés déjà dans près de 50 sites. Canalstart ouvre, lui, les infrastructures et les bases de données de Canal+ à des start-up comme Wildmoka, spécialisé dans la conception de services télévisuels enrichis ou Showbox.com, site de production de vidéos collaboratives. Et Outscale vient de lancer un premier appel à candidatures dans l’Internet des objets, le Big Data, l’apprentissage automatique. Quatre jeunes pousses seront retenues pour une accélération de trois mois.

Pour Michel Coster, pionnier des incubateurs académiques à EM Lyon, la création d’incubateur par des groupes et ETI est un « phénomène qui s’amplifie ». Il participe d’une certaine forme d’« open innovation ». « Chez Renault, deux tiers de l’innovation sont réalisés en dehors du groupe », observe le professeur en entrepreneuriat, le constructeur automobile s’étant associé avec l’incubateur de Paris & Co pour des projets de R & D. « Les ETI y viennent aussi très vite. C’est un mouvement de fond qui permet d’améliorer leur image auprès de la génération des « digital natives » », note Michel Coster. Mais attention à certains incubateurs trompe-l’oeil, comme ceux de Google et Microsoft, qui sont en fait de « simples outils commerciaux » et à une ouverture qui « reste souvent anecdotique dans certaines grandes boîtes », prévient-il.

Accompagnement itératif

Ce mouvement gagne aussi de plus petites entreprises, comme Sogilis à Grenoble. Son fondateur, Christophe Baillon, qui a réussi en moins de sept ans à s’imposer sur le créneau des logiciels embarqués critiques pour des clients comme Thales Avionics et Airbus, a créé en décembre 2013 Startup Maker, une structure de « lean investment » qui propose un accompagnement itératif auprès de start-up. A chaque étape, le fonds se réserve le droit d’arrêter son soutien si la start-up n’a pas réussi à identifier de clientèle dans les trois premiers mois, à générer de chiffre d’affaires dans les six mois suivants, à boucler un premier tour de table au bout de douze mois. Un processus itératif qui permet, selon Christophe Baillon, de « gaspiller moins de capital ». Et de ne pas bercer d’illusions certains porteurs de projet.