Category Archives: Bien-être

Trois astuces pour repérer ses talents

2090510_trois-astuces-pour-reperer-ses-talents-170532-1

 

 S’il est aisé de déceler les talents d’autrui, il est moins évident de bien connaître les siens. Comment savoir si l’on maîtrise mieux que d’autres certaines compétences ?

Que sont nos zones d’excellence ? C’est ce que nous savons faire plus facilement et mieux que les autres.

 

Nous savons bien repérer ces zones d’excellence ou talents chez nos collègues ou nos proches. Nous les envions de tant de facilités là où nous devons mettre beaucoup d’efforts pour un résultat moindre.

Nous nous connaissons mal

Vous avez peut-être un collègue qui vous impressionne régulièrement par ses capacités de visionnaire. Il se projette facilement dans l’avenir et imagine plusieurs tendances possibles à partir de quelques signaux faibles qui vous semblent dénués de relation. Vous vous demandez comment il fait, ça a l’air tellement facile pour lui et vos tentatives de l’imiter se sont avérées peu fructueuses jusqu’à présent.

Un autre a des facilités déconcertantes avec les chiffres : il a le sens des proportions, il peut vous donner de tête un ordre d’idée de chiffrage généralement très précis pendant que vous vous débattez avec un tableur. Il tombe immanquablement sur la moindre erreur de calcul quand le même document a déjà été revu par plusieurs personnes.

 

Si vous parlez à ces personnes de zones de talent, elles seront probablement étonnées, cela leur semble tellement naturel, il n’y a là aucun talent à leurs yeux ! En effet, nous sommes les moins bien placés pour repérer nos propres zones d’excellence. Certaines personnes sont même persuadées de ne pas avoir de zones d’excellence…

De fait, c’est précisément parce que ces activités nous sont faciles et intuitives que nous avons du mal à les repérer ! Si vous ne connaissez pas bien vos zones d’excellence, vous risquez de vous épuiser dans des activités qui vous correspondent peu et d’en tirer peu de plaisir.

Se connaître pour se différencier

Vous gagneriez à repérer au contraire là où vous avez des facilités et à vous efforcer de les développer encore plus pour en faire des compétences différenciantes et pour y prendre plaisir !

Lorsque nous avons la chance de pouvoir exercer nos zones de talent, nous nous laissons volontiers absorber par nos activités et nous n’avons besoin de personne pour nous motiver !

1. Procédez par comparaison

Quelles sont les tâches, activités, que vous réalisez plus facilement et mieux que d’autres personnes ? Pour quel type de compétences vient-on solliciter votre aide ? Peut-être vos collègues viennent-ils vous voir chaque fois qu’une négociation semble mal engagée.

Ils savent qu’en échangeant avec vous, ils auront en quelques minutes de nouvelles pistes à explorer qui les aideront à sortir de cette situation difficile.

2. Interrogez vos proches

Votre entourage, famille, amis, pairs, collaborateurs ont probablement une perception plus claire que vous de vos zones d’excellence. Allez chercher leur avis !

Selon eux, quelles sont les activités que vous réalisez plus facilement et mieux que d’autres ? Quels sont les talents qu’ils vous envient ? Un autre membre du Codir envie votre sens politique et votre capacité d’influer sur les décisions : il aimerait pouvoir repérer les jeux d’acteurs au sein du Codir et obtenir naturellement les bons arbitrages.

3. Mobilisez le passé

Par le passé, à quelles occasions vous êtes-vous complètement laissé absorber par une activité tant elle vous passionnait ? Quelles compétences utilisiez-vous à ce moment-là ? Vous avez adoré préparer le pitch du projet à présenter en comité de validation : vous avez ciselé votre discours, peaufiné vos arguments, levé les objections et transmis votre enthousiasme à un public exigeant.

En faisant la synthèse de ces trois pistes, vous repérerez probablement 3 à 5 grandes compétences qui constituent vos zones d’excellence.

Les applications

Efforcez-vous de les développer encore et encore pour les utiliser au mieux et vous différencier. Par exemple, identifiez les experts de ces compétences, inspirez-vous de leur parcours, suivez leurs recommandations, cherchez sur internet des ressources complémentaires (webinar, podcast, forum…).

Cherchez des moyens de davantage les exploiter dans votre quotidien opérationnel. En fonction de la marge de manoeuvre dont vous disposez, assurez-vous d’être le plus possible dans votre zone d’excellence.

Certes, vous ne pourrez probablement pas éliminer toutes les tâches qui n’en font pas partie, mais vous pouvez peut-être les déléguer, les externaliser pour vous consacrer autant que possible à ce que vous faites le mieux.

Plus vous serez dans votre zone d’excellence et plus vous serez efficace et heureux ! Ne gâchez pas votre talent !

Par Florence Meyer Consultante en management, coach et conférencière

 

Publicités

Savoir s’entourer pour rompre la solitude du chef d’entreprise

solitude_1000x533

 La volonté de maîtrise du pouvoir enferme et isole le chef d’entreprise. Une étude Bpilab montre ainsi que près de la moitié des dirigeants de PME et d’ETI souffrent d’un sentiment de solitude. Une menace qui peut mener à la dépression et au burn-out.

Le sentiment de solitude touche 45 % des dirigeants de PME et d’ETI en France, d’après une étude Bpi-Lab réalisée auprès de 2.398 chefs d’entreprise. « Tabou, ce phénomène est depuis toujours passé sous silence, explique Olivier Torrès, professeur à l’université de Montpellier et à la Montpellier Business School, président de l’observatoire de la santé des dirigeants Amarok et auteur de l’étude. Notre culture survalorise et héroïse les fondateurs de sociétés, renforçant le mythe du patron seul maître à bord qui ne doit montrer aucune faiblesse ni doute. » Ainsi, si trois dirigeants sur quatre déclarent qu’ils ne se sentent pas soutenus par leur entourage, l’expert explique que peu parlent de leurs problèmes à leurs proches.

Le sentiment de solitude toucherait particulièrement les dirigeants de PME. « Hormis les entreprises familiales, les patrons de PME se voient comme des indépendants qui n’ont de comptes à rendre à personne, poursuit l’enseignant chercheur spécialiste des PME. Cette attitude crée les conditions d’une forme d’enfermement. » Dans un monde de plus en plus incertain et complexe, ce comportement risque d’engendrer un surmenage du chef d’entreprise et même un épuisement physique et psychologique, autrement dit un « burn-out ». Que faire pour ne pas en arriver là ? « Le chef d’entreprise doit prendre conscience que lui seul peut déconstruire son isolement en se créant une “armature psychologique” qui le protège », insiste Olivier Torrès, qui propose 4 solutions concrètes.

#1 : Créer un comité de pilotage

Constitué de pairs, le comité de pilotage ou de direction sert à éclairer la prise de décisions. « Ce comité peut se rencontrer tous les six mois, autour d’un repas, pour discuter des principaux axes et visions stratégiques de l’entreprise », explique-t-il.

#2 : Faire de la stratégie

« Les dirigeants de petites et moyennes structures se consacrent peu à la stratégie, par manque de temps », déplore Olivier Torrès. Un défaut compensé par la souplesse et la réactivité de l’entreprise. Or, la veille stratégique reste essentielle pour travailler le positionnement de l’entreprise et bâtir une stratégie de croissance. « Cela permet de gagner du temps au quotidien en distinguant mieux l’urgent du stratégique », précise Olivier Torrès, qui conseille de « s’astreindre à prendre une journée par mois pour réfléchir à la direction que l’on prend. »

Il préconise d’ailleurs de sortir de l’entreprise, afin de ne pas être parasité par le quotidien. Autre conseil pour capter les tendances, rencontrer régulièrement ses pairs et accéder aux informations essentielles de son secteur d’activité : adhérer à un réseau professionnel ou à un syndicat patronal.

#3 : Faire émerger un second

« Beaucoup de dirigeants ont du mal à se trouver un second, ce bras droit indispensable sur lequel s’appuyer, déplore l’expert. Cela réclame d’écouter les signaux faibles émanant des salariés, car le bon bras droit n’est pas forcément celui auquel on pense de prime abord. » Pour faire émerger la bonne personne et déceler les collaborateurs les plus motivés et talentueux, Olivier Torrès recommande de créer des challenges en accordant une forte autonomie d’exécution aux salariés. Un style de management plus horizontal et collaboratif favorise également l’implication et la prise d’initiatives de la part des salariés.

#4 : Ouvrir son capital

Pour impliquer les collaborateurs, le dirigeant peut aller jusqu’à ouvrir son capital par un système d’intéressement ou d’actions gratuites, voire même en augmentant les fonds propres. « Plus qu’une perte d’indépendance, cela favorise l’émergence d’une nouvelle interdépendance entre les parties prenantes de l’entreprise », analyse Olivier Torrès.

ARIANE GAUDEFROY

Comment vaincre la procrastination en quatre étapes

procrastination_full_155952698

La procrastination est un un fléau qui touche énormément de personnes dans le monde du travail. Heureusement, il existe de nombreux moyens pour lutter.

Plutôt que d’attendre de vous retrouver submergé au point de ne plus pouvoir vous concentrer, essayez de lutter contre la procrastination et de vous occuper sans fléchir de vos projets en retard. Voici quatre conseils faciles à suivre pour trouver et conserver votre motivation au travail.


Identifier le « pourquoi »

Y a-t-il une tâche que vous remettez sans cesse à plus tard ? Des distractions dans votre espace de travail ? Une fois les obstacles s’appliquant à votre cas déterminés, cherchez comment les surmonter. Les projets importants paraissent parfois écrasants, en particulier en cas de manque de temps. Diviser les tâches importantes en petits morceaux, définir des sous-objectifs ou travailler par petites salves sont des méthodes qui ont fait leurs preuves. De cette façon, les tâches qui planent constamment au-dessus de vous pourront enfin être rayées rapidement de votre liste.

S’inspirer d’un collègue

Parfois, il suffit d’un peu de coopération pour abattre les tâches plus rapidement. Entourez-vous de collègues créatifs ayant des perspectives variées. Ils auront sûrement des idées auxquelles vous-même n’auriez probablement pas pensé.

 

La collaboration augmente également vos chances d’accélérer votre production et de réussite de vos projets en cours. Avec en plus un outil de gestion de workflows ou de collaboration, vous pourrez assurer une organisation et une communication parfaites au sein de votre équipe.

Changer son espace

De légers changements dans votre environnement peuvent avoir un énorme impact sur votre disposition au travail. Changez de vue, déplacez des objets sur votre bureau, ou travaillez à distance de temps en temps. Tout cela peut avoir l’effet positif de vous donner une impression de nouveauté et vous rendre votre motivation.

Une étude publiée récemment révélait que 80 % des gens étaient tout aussi productifs (voire davantage) en travaillant depuis leur domicile. Cherchez un jour qui ne soit pas rempli de réunions et autres dates limites, et un environnement stimulant la productivité, comme un café ou votre table de cuisine. Puis mettez-vous au travail.

 

Remettre les pendules à l’heure lorsque nécessaire

À l’approche de la fin de semaine, votre liste de tâches sera parfois aussi longue qu’elle ne l’était le lundi. Si c’est le cas, profitez du jeudi matin pour identifier les éléments à traiter en priorité avant la fin de la semaine, puis focalisez-vous sur ces tâches.

 

Bien que la capacité des salariés à gérer plusieurs tâches en même temps soit valorisée dans de nombreuses cultures d’entreprise, un certain nombre d’études ont révélé que faire trop de choses simultanément peut augmenter le taux de cortisol, l’hormone du stress. Plutôt que de risquer de craquer ou d’être submergé, concentrez-vous sur vos priorités pour rester productif, et terminez d’abord les projets les plus critiques.

 

Il peut être difficile de vaincre une inclinaison à la procrastination. Ne soyez pas trop dur avec vous-même si vous n’y parvenez pas. Nous connaissons tous des jours ou des semaines pendant lesquelles, quoique nous fassions, nous avons l’impression d’arriver à rien. La clé est de trouver un système qui fonctionne pour vous et de continuer à travailler.

Chronique de Alain Logbo

ENTREPRENDRE EST BON POUR LA SANTÉ

Des chercheurs l\'université Montpellier penchés causes amènent entrepreneurs considérer bonne santé.

Malgré la surcharge de travail, les risques économiques, le stress et autres facteurs pathogènes, les dirigeants de PME s’estiment en bonne santé. Des chercheurs de l’université de Montpellier ont tenté de comprendre pourquoi.

Mais pourquoi les entrepreneurs sont-ils en bonne santé ? Dans sa publication de décembre, intitulé “Entreprendre, c’est bon pour la santé !”, le Labex Entreprendre de l’Université de Montpellier s’est interrogé sur la “bonne santé” des entrepreneurs et dirigeants de PME/TPE. En effet, selon une étude de l’Inserm datant de 2011,  » espérance de vie à l’âge de 35 ans est au-dessus de celle de la population française”, et d’après un sondage OpinionWay de juin 2015 (OpinionWay), 78% des entrepreneurs considèrent leur état de santé comme “bon” ou “très bon”.

Pourtant, cette image de bonne santé ne correspond pas l’idée que l’on se fait de la qualité de vie d’un entrepreneur. La publication du Labex rappelle d’ailleurs que cinq facteurs pathogènes sont généralement identifiés comme nuisant à leur santé : le stress, l’incertitude des commandes, la solitude, la pression du temps et la surcharge de travail.

En 2011, une étude de la CGPME 77 et l’ARACT montrait ainsi que presque 80% des patrons de TPE et PME “souffraient du stress et de ses conséquences”. Mais “si quelques travaux statistiques existent sur problématiques de santé , leur hétérogénéité ne permet d’en tirer que quelques conclusions éparses”, résument plusieurs chercheurs dans “Santé du dirigeant de PME, stress et sentiment de cohérence : premiers résultats et programme de recherche” (2014).

DES FACTEURS “SALUTOGÈNES”

La “bonne santé” présumée des entrepreneurs reste donc à ce jour une énigme. Les  chercheurs du Labex Entreprendre ont donc décidé d’y voir plus clair en menant des entretiens auprès de plus de 400 dirigeants.

Selon eux, plusieurs facteurs “salutogènes” apparaissent : la satisfaction au travail, le sentiment d’auto-efficacité, l’estime de soi, l’optimisme et le sens de la cohérence. L’ensemble de ces facteurs, qui donnent un “sens” à l’aventure entrepreneuriale et peuvent être sources de motivation, permettraient ainsi de surmonter des pathologies comme le burn-out.

 

SENSIBILISER LES ENTREPRENEURS

Toutefois, les chercheurs de l’université de Montpellier soulignent que “si les hauts sont plus hauts, les bas peuvent être très bas”. Ils rappellent notamment la nécessité de “sensibiliser les entrepreneurs et les dirigeants de PME sur l’importance qu’ils doivent accorder à leur santé”. La publication met en garde contre “l’inexistence d’un service de santé au travail” pour nombre d’entrepreneurs, une exposition accrue aux risques économiques (hypothèque de sa maison par exemple) , et rappelle qu’ils ne disposent pas des mêmes “filets de sécurité” que les salariés.

 

Par Liv Audigane

 

Manager sans s’épuiser

manager-fatigue

Des équipes de plus en plus réduites, une charge de travail qui nen finit pas de salourdir La tâche se complique pour certains managers. Dans ce contexte, comment se préserver? 

Le modèle managérial issu du 20ième siècle est à bout de souffle, surtout en France (lire aussi la chronique « Le management à la française serait-il dépassé ? »). Les patrons et managers sont stressés, les collaborateurs démotivés et désabusés. Une forme de désamour de la fonction managériale s’est installé : on ne prend plus un poste à responsabilité managériale parce qu’on en a envie mais, de plus en plus, parce qu’on n’a pas le choix et/ou parce que c’est nécessaire pour la carrière.

Dans ces conditions, il n’est pas étonnant de retrouver la France en queue de peloton des pays européens en termes de qualité de la relation managériale et de niveau de stress professionnel. Les managers s’épuisent dans leur fonction pour un résultat souvent jugé insuffisant par leurs collaborateurs, et les entreprises peinent à trouver des solutions organisationnelles à ce problème. Entre épuisement et insatisfaction, et dans l’attente de solutions encore à venir, les managers doivent devenir acteurs de leur santé afin de préserver leurs ressources et retrouver du plaisir dans l’exercice de leur fonction au quotidien.

Manager, une fonction périlleuse ?

Beaucoup d’entreprises peinent aujourd’hui à trouver des candidats pour des postes de management. Lorsqu’ils sont interrogés, ces derniers expriment clairement leur manque d’envie : « Manager ? Je préfère éviter le plus longtemps possible » ou encore « Je ne me sens pas de gérer les problèmes humains, je préfère garder mon poste actuel [d’expert] ».

A l’heure où les perspectives de carrière verticale se réduisent drastiquement et où la prise de fonction managériale ne s’accompagne pas toujours d’une revalorisation salariale, les candidats potentiels n’y voient plus forcément leur intérêt. Le travail s’étant déjà beaucoup intensifié, prendre en charge de l’humain en plus est jugé périlleux. Les managers intermédiaires qui combinent fortes responsabilités et faible marge de manœuvre opérationnelle, présentent d’ailleurs plus de symptômes dépressifs (19%) que leurs subordonnés (12%) ou supérieurs hiérarchiques (11%). C’est ce qui ressort de l’étude menée auprès de 22 000 salariés américains et publiée en 2015 par Seth J. Prins, Lisa M. Bates, Katherine M. Keyes et Carles Muntaner dans « Sociology of Health & Illness ».

Abandon de poste

Les managers d’aujourd’hui ont donc à gérer la désillusion générale des collaborateurs (mais aussi la leur) vis-à-vis du monde du travail qui ne peut plus offrir ni la sécurité ni la stabilité dont il était jadis porteur, sans avoir forcément d’alternatives satisfaisantes à proposer. Tous ces différents éléments explique en grande partie le désamour actuel vis-à-vis de la fonction managériale et l’épuisement quasi généralisé des managers.

Ce qui est plus alarmant pour l’entreprise traditionnelle c’est que, face à ces difficultés, de nombreux managers sont aujourd’hui tentés par une logique de retrait. Il peut prendre différentes formes : un retour vers des positions d’experts jugées plus « reposantes », de l’entrepreneuriat pour créer des conditions d’exercice plus proches de leurs valeurs, ou encore la reconversion dans un métier tout à fait différent. Le succès d’un ouvrage comme « L’éloge du carburateur », de Matthew B. Crawford (éditions La Découverte), où l’on voit un cadre quitter le monde de l’entreprise pour ouvrir un garage illustre bien ce phénomène d’abandon de la sphère organisationnelle comme réponse au surmenage et à l’absence de sens.

Retrouver un équilibre

Beaucoup de participants MBA que j’ai suivis au cours de ces dernières années, échaudés par l’entreprise traditionnelle, cherchent à reconstruire à travers l’entrepreneuriat un environnement de travail plus favorable, dans lequel ils maintiendraient un meilleur équilibre personnel et physique. Pourtant, l’entreprise traditionnelle a plus que jamais besoin de managers suffisamment en forme pour mener à bien les nombreux projets de transformation nécessaires à son adaptation et pour emmener le collectif (lire aussi la chronique « Manager juste pour engager mieux« ).

C’est pourquoi les entreprises ont donc besoin de repenser le quotidien des managers. Mais, dans l’attente d’évolutions organisationnelles et culturelles profondes, les managers doivent prendre en main leur santé et repenser leur propre « écologie » sans attendre.

Se préserver oui, mais comment ?

Pour continuer à assumer leurs missions sans s’épuiser, les managers doivent mieux tenir compte de l’équilibre entre leurs ressources et leurs dépenses énergétiques. A l’heure où les demandes d’adaptation se multiplient (surcharge de travail, multiplicité des projets de changement, multiplication des reporting, équipes virtuelles à gérer à distance, etc.) tandis que les ressources énergétiques diminuent (moins d’opportunités de récupération, moins de sens aux actions, moins d’activité physique, une alimentation globalement moins bien adaptée à nos besoins, etc.), les managers doivent identifier les leviers d’action à leur disposition pour maintenir cet équilibre délicat et chaque jour menacé. Parmi ces leviers, trois sont particulièrement critiques pour les managers :

1- Focaliser son attention sur l’essentiel : au vu des multiples sollicitations qui lui parviennent, il est vital pour le manager d’allouer l’essentiel de son attention sur les dossiers clés et de savoir en décaler/abandonner d’autres. Avoir cette réflexion en amont permet au manager de réduire l’intensité d’un certain nombre d’activités non stratégiques (certains reporting, contrôles ou réunions) au profit de dimensions cœurs de son métier, comme la relation humaine ou encore gérer le collectif.

2- Renoncer à être un manager idéal : pour ne pas s’épuiser, il est également important d’accepter ses limites. Trop souvent managers et dirigeants vivent comme un échec personnel les moments de stress et de surmenage. Pourtant, au vu de la situation socio-économique actuelle, c’est tout à fait normal. Admettre que l’on est stressé ou surmené constitue la première étape de la mise en œuvre de stratégies personnelles adaptées. Sinon, on s’épuise à cacher la situation, et l’on perd encore plus du peu d’énergie qu’il nous reste.

3- S’assurer des plages de récupération régulières (idéalement quotidiennes) : c’est-à-dire des moments complètement « off the job » pour permettre au manager de recharger leurs batteries et de retrouver la bonne distance par rapport aux enjeux humains liés à leur fonction. Les activités combinant respiration et mouvement pratiquées au moins 20 minutes d’affilée semblent aujourd’hui les plus prometteuses pour opérer cette récupération.

Ces principes simples n’ont de valeur que dans leur mise en œuvre. Il est évident que si les entreprises peuvent renforcer les efforts des managers par des principes organisationnels adaptés, le gain n’en sera que plus grand. Mais, dans l’attente d’une telle (r)évolution, tout manager devrait s’obliger à devenir acteur de sa santé.

par Tessa Melkonian

Comment gagner 4h19 par jour ?

couv1-960x540

2h + 8h+ 4h, vous ne rêvez pas nos journées types ne devraient pas faire 24 heures !
par

infographie2

infographie3

infographie4

infographie5

infographie6

infographie 6

infographie 7

infographie 8

Infographie 9

La pensée positive : 8 clés pour rayonner en réseau.

 

pensee

 

Et si le verre à moitié vide, vous pouviez le voir presque plein ? Qu’est-ce que cela changerait pour vous et pour les autres ? Cela tient souvent à peu de chose et tout le monde en est capable. Alors passez à la pratique…Les 3 fondamentaux de la pensée positive.

L’optimisme est-il une qualité innée ou fait-il l’objet d’un apprentissage ? Peut-on s’entraîner pour devenir optimiste, comme pour la pratique d’un sport par exemple ? L’optimisme (ou le pessimisme) sont-ils contagieux ? À ces questions, la pensée positive répond par l’affirmative. Le tout est de ne pas dévoyer cette méthode en l’édulcorant. Nous avons tous rencontré des interlocuteurs se réclamant de la pensée positive et dont les conseils nous laissaient sceptiques parce qu’ils enfonçaient des portes ouvertes, du type : « riez souvent », « ayez confiance en la vie », « dormez bien », etc. Comme si on n’y avait pas déjà pensé ! Alors, comment bien aborder la pensée positive pour qu’elle soit autre chose que des vœux pieux et devienne un outil véritablement efficace dans vos relations ? Pour y parvenir, voici 3 fondamentaux à connaître et 5 exercices simples à pratiquer régulièrement.

 

La pensée positive a été développée par Émile Coué au début du XXème siècle. Nul n’est prophète en son pays, le succès international de sa fameuse méthode notamment outre Atlantique n’a pas fait école en France où on la réduit trop facilement à quelques aspects folkloriques. Moyennant quoi, nous pouvons nous enorgueillir d’être les n°1 mondiaux pour la consommation d’antidépresseurs !

 

Fondement #1 : Prendre conscience des pensées négatives et positives.

Par cette simple observation quotidienne, vous allez mieux mesurer leur pouvoir et leur aspect contagieux. Vous constaterez que nous sommes le plus souvent exposés aux pensées négatives : regarder le 20h sur TF1 et sa dose de catastrophes nous assure déjà notre pitance quotidienne. Un seul mot peut suffire pour nous influencer. Que Monsieur Météo prévoie une « canicule » plutôt qu’une « chaleur estivale » et c’est tout un peuple qui est plombé !

Fondement #2 : Profiter des opportunités offertes par votre réseau.

Un réseau relationnel est par définition conçu autour des notions d’entraide, de communauté et de partage. C’est donc le terrain idéal pour s’essayer à la pensée positive et mettre en sourdine la pensée négative dans la mesure où a priori tous les membres ont conclu un contrat tacite pour cela !

Fondement #3 : La pensée positive prend sa source dans l’imagination et non dans la volonté.

Ce principe constitue la condition essentielle de votre succès. Il contredit l’injonction : « Quand on veut on peut !», associé à tort par certain à la pensée positive. Tout bon insomniaque sait bien qu’il veut dormir et que se le répéter en boucle ne va pas lui faciliter la tâche, bien au contraire. Faire fonctionner son imaginaire, partir dans des rêveries éloignées de ses préoccupations habituelles lui sera bien plus bénéfique.

 

5 exercices pratiques de pensée positive.

Exercice #1 : Traduisez votre négatif en positif.

Dès qu’une pensée négative vous traverse l’esprit, détectez-la et entraînez-vous à formuler la même idée de façon positive. Cette discipline qui s’apparente à l’apprentissage d’une langue étrangère va vous en apprendre beaucoup sur vous-même. En trois semaines (le temps qu’il faut pour ancrer une nouvelle habitude), le travail s’effectuera de lui-même, sans effort de traduction: vous aurez fait de la pensée positive votre première langue.

Exemple : 
Pensée négative :

  • Je ne serai jamais en forme pour cette soirée réseau et je vais faire mauvaise impression.

Pensée positive :

  • Ce soir il y aura sûrement des entrepreneurs fatigués comme moi et on aura tous envie de décompresser. C’est parfait.

Exercice #2 : Faites vos choix.

Cet exercice a une vertu essentielle : il vous force à vous déterminer. Face à un verre rempli d’une certaine manière, vous devez choisir et décider s’il est à moitié vide ou à moitié plein. Cette simple détermination personnelle peut changer votre perception et vous faire basculer dans le positif. L’effet produit est à l’image de ces offres promotionnelles qui nous suggèrent de cocher une de ces deux cases :

  • Oui, je souhaite recevoir en cadeau et sans engagement de ma part, les fabuleuses aventures de…
  • Non, je ne souhaite pas saisir cette opportunité exceptionnelle de découvrir les fabuleuses aventures de…

Le matin en vous levant, vous pouvez choisir d’être ou non de bonne humeur. Lorsqu’il vous arrive une contrariété, vous pouvez choisir de vous ériger en victime ou d’en faire une occasion d’apprendre et de progresser. Si vous croisez un râleur, vous pouvez choisir d’accepter de porter son fardeau ou bien de le mettre sur une voie positive. Vous allez découvrir comment raisonner en terme de choix sur les événements, les sensations, les idées, les expériences peut vous faire changer d’avis positivement.

Exemple :
Je ne connais pas cette personne, jamais elle ne s’intéressera à ce que je fais.
Je choisis de rencontrer cette personne pour savoir ce qu’elle pense de ce que je fais.

Exercice #3 : Posez des questions.

C’est le b-a-ba de la communication en réseau. C’est aussi le signe le plus évident que vous vous intéressez à votre interlocuteur et donc le meilleur moyen de le mettre en confiance et dans de bonnes dispositions à votre égard. Si votre contact est positif, le jeu des questions va être aussitôt réciproque et vous allez partager un très bon moment. Si votre interlocuteur est négatif, il sera souvent vague. Vos questions de plus en plus précises (voir le New Code de la PNL) peuvent l’amener à réviser sa perception.

Exemple :

  • En ce moment, c’est pas terrible !
  • Ah bon ? Qu’est-ce qui cloche ?
  • Ben, le business en général !
  • Tiens ? Mais vous, en particulier, vous avez quand même dû faire des affaires ces derniers temps ?
  • La semaine dernière, oui, j’ai même signé un beau contrat.
  • Et comment avez-vous fait pour réussir ça avec une telle conjoncture ?

Exercice #4 : Entourez-vous de gens positifs !

Il existe malheureusement des personnes qui ne savent pas vivre sans trimballer leur poisse et en faire copieusement profiter leur entourage. Dans la critique ou la déploration permanente, ils créent malheureusement eux-mêmes le vide autour d’eux ou deviennent des pots-de-colle (toxique) pour la bonne âme qui accepte de les écouter. N’oubliez pas que la pensée négative est elle aussi très contagieuse !

Exercice #5 : Éprouvez pleinement vos pensées positives.

Vous l’avez compris la pensée positive a beaucoup à voir avec l’auto-suggestion. C’est votre imagination qui est à l’œuvre et qui fait que ça marche. Quand vous vous projetez positivement avec vos qualités dans un événement heureux, vous lui donnez de bonnes chances de se réaliser vraiment.

Exemple : 
vous travaillez en équipe sur un appel d’offres. Il va de soi que tout le monde veut l’emporter. Mais la volonté ne fait pas tout. Imaginez ensemble votre succès, visualisez précisément où et quand cela se passe, avec qui, dans quelles conditions vous apprenez que vous êtes retenus par le client… Vous serez meilleur que jamais.
NB : si malgré tout votre équipe ne gagne pas, revenez à l’exercice #2 et faites votre choix pour apprécier la situation telle qu’elle est !

 

 

Mûrir son projet : un bilan de soi pour trouver sa voie

  • Vincent Avanzi, conférencier poète d'entreprise, propose méthode faire mûrir projet trouver voie.

    Vincent Avanzi, conférencier et poète d’entreprise, vous propose sa méthode pour faire mûrir votre projet et trouver votre voie. – shutterstock.com

L’été est propice aux remises en questions… Et si vous profitiez de l’été pour faire un petit bila, pour vous assurer que vous êtes sur la bonne voie dans votre projet entrepreneurial ?

 

Je suis aujourd’hui conférencier et poète d’entreprise. J’ai mis dix ans à trouver ma voie. Comment ? En explorant des voies pour trouver enfin la mienne, celle qui me correspond, celle qui me ressemble, celle qui réunit au final tout moi « moi ». Le parcours est parfois long et sinueux mais il est rempli de belles découvertes, rencontres et apprentissages. Alors voici une technique pour, vous aussi, trouver ou même créer votre voie.

Au début, tout part du rêve. Walt Disney disait que « tout ce qui peut être imaginé est réel » et William Blake que« l’homme est imagination ». Et comme le rêve fait intrinsèquement partie de la vie, commencez par vous octroyer le droit de rêver. Rêver de votre vie d’avenir, de votre idéal, dans le champ des possibles, pour voir l’horizon infini s’ouvrir à vous, sans aucune barrière mentale.  Pour cela, rien de tel que vous projeter dans l’avenir, en vous visualisant à horizon d’un an, trois ans, cinq ans, dix ans, vingt ans… On verra ensuite si cela est réellement envisageable et quand.

Ensuite, au-delà du rêve in vitro, je vous propose l’exercice suivant : plus qu’un bilan de compétences classique, un bilan de soi, à faire dès aujourd’hui pour entrevoir des voies possibles d’entrepreneuriat. Sur une feuille, dessinez trois colonnes : vos savoir-faire, vos savoir-être et vos envies. ensuite nous ferons la somme des trois pour envisager un plan d’action.

#1 Vos savoir-faire = vos compétences

Vos compétences sont à la fois professionnelles et personnelles: ce que vous savez faire, ce que vous pouvez apporter à une organisation, à un marché ou au monde. Toutes les « skills » sur lesquelles vous pourrez bâtir votre avenir, par exemple : les langues que vous maitrisez, les différentes fonctions que vous avez occupées en entreprise ou dans une organisation, votre formation, votre art si vous en pratiquez un, les hobbies qui vous occupent, etc.

Faites une liste et trouvez en au moins dix ! Soyez patient, en creusant, vous en trouverez forcément plus. N’hésitez pas à demander à un proche. Il s’agit de tout ce que vous savez faire, non pas seulement de ce qui peut être utile, mais bien ce que vous savez faire. Et si vous identifiez en même temps des compétences que vous souhaiteriez acquérir, et qui vous semblent essentielles, alors notez-les d’ores et déjà dans la colonne des « envies ».

#2 Vos savoir-être = vos talents

Ce sont vos dons, vos qualités, vos talents… qui vous êtes réellement, à la fois intrinsèquement et en relation avec les autres. Vous en possédez plein… c’est certain! Pour vous aider, pensez à la manière dont les autres vous décriraient. D’ailleurs, n’hésitez pas à leur demander. Voici quelques exemples de forces et de « soft skills » : le relationnel, le leadership, l’optimisme, l’humilité, l’écoute active, la créativité, le travail en équipe, le sens du détail, l’empathie, le goût de l’aventure, l’apprentissage, la spiritualité, la persuasion, la négociation, la planification, le courage, l’ouverture d’esprit, l’adaptabilité, la communication, l’humour, la reconnaissance, l’envie d’amélioration, le passage à l’action, la stratégie, l’innovation, l’autonomie, l’authenticité, la résilience, la recherche de solutions, le pardon, l’éthique de travail, la gentillesse, etc.

#3 Vos envies = vos rêves

Ce sont vos désirs de réalisation, vos rêves, vos souhaits pour l’avenir, tout ce dont vous avez envie pour préparer votre avenir.  Cela peut être à court, moyen ou long terme. Quelques exemples : une formation, un voyage, un secteur d’activité, une reconversion de métier, un nouveau secteur d’activité à explorer, une levée de fonds pour un projet, un lieu d’habitation différent, une envie d’avoir un impact sur telle ou telle chose, etc. Faites-vous plaisir, c’est votre journal intime et vos rêves à venir. Veillez toutefois à ce que certains de vos envies restent accessibles et nouvelles dans votre vie.

#4 La réunion des trois = votre voie

Maintenant, vous avez trois colonnes bien remplies. Relisez-tout, prenez le temps d’apprécier. Puis, commencez à connecter chaque ligne pertinente avec d’autres, afin de voir ce qu’il en ressort. Quand vous allez faire la somme du tout, vous obtiendrez sans doute de nouvelles voies possibles à explorer. L’avenir commencera alors à s’éclaircir vers un chemin à prendre soit pour ajouter des talents ou des compétences dans votre activité actuelle, soit pour envisager une autre voie qui vous correspond davantage, soit pour commencer dès maintenant à agir pour réaliser vos rêves. Bienvenue dans l’alignement de vos planètes, vous pouvez entreprendre votre vie et votre projet d’avenir dès aujourd’hui.

#5 Votre horizon = votre plan d’action

Enfin, il est venu le temps de tracer votre plan d’action à l’horizon de plusieurs années. Une reconversion, une nouvelle entreprise, une levée de fonds, un pivotage de votre start-up, une rencontre, une expatriation. A vous de définir votre projet et les différentes actions à mener dans les prochains jours, semaines, mois, années pour y parvenir. Prenez le temps de la réflexion et de la digestion. Et surtout, prenez l’engagement de commencer ces actions ! Rome ne s’est pas faite en un jour, votre avenir entrepreneurial non plus. Alors patience et persévérance dans la co-errance.

Bon voyage dans votre avenir et dans votre voie ! N’hésitez pas aussi à tenter des choses, à tester des chemins de traverse. Il faut parfois explorer des voies différentes pour trouver véritablement la sienne au bout du « conte ». C’est le premier jour du reste de votre vie, alors faites le premier pas dès aujourd’hui, quel qu’il soit, petit et accessible, soyez en chemin. C’est quand vous sortez de votre zone de confort que la magie opère, alors laissez cette magie vous envahir. Une nouvelle entreprise est née. Enfin, vous pouvez à partir de là définir votre nouvelle mission de vie, une phrase, un horizon, un verbe d’action. Ce sera votre cap qui guidera le sens de votre parcours à venir, la raison d’être et de faire.

L’auteur
Vincent Avanzi est développeur de richesses humaines, poète d’entreprise et fondateur de La Plume Du Futur. Auteur des livresSur la route de soi et Le Bien-Etre Plan des entrepreneurs, il accompagne les entreprises au travers de coaching et de conférences poétiques sur l’éveil des talents créatifs et l’intelligence collective.

CHRISTOPHE AVANZI

C’est scientifique, on vous juge selon deux critères

Selon un chercheur d’Harvard, deux qualités sont recherchées par les personnes qui vous rencontrent. Et l’une est plus importante que l’autre…

Les gens vous jugent en quelques secondes, mais qu’évaluent-ils exactement ?

Amy Cuddy, professeur à Harvard étudie les premières impressions depuis plus de 15 ans. Son travail réalisé en collaboration avec ses confrères psychologues Susan Fiske et Peter Glick montre que les mêmes schémas se reproduisent souvent.

Dans son nouveau livre « Presence », Cuddy explique que les gens répondent rapidement à deux questions quand ils vous rencontrent pour la première fois :

  • Puis-je faire confiance à cette personne ?
  • Puis-je respecter cette personne ?

Les psychologues parlent à la fois de chaleur et de compétence.Idéalement, il faut combiner ces deux qualités.

Cuddy affirme que la plupart des gens pensent que la compétence est le facteur le plus important, en particulier dans un contexte professionnel. Après tout, ils veulent prouver qu’ils sont suffisamment intelligents et talentueux pour gérer le travail qui leur est confié.

Mais prudence. Il semblerait que la chaleur ou la fiabilité soit le facteur le plus important lorsque l’on vous évalue.

« Dans une perspective évolutive, il est plus important pour notre survie de savoir si une personne mérite notre confiance », déclare Cuddy.

Cela semble logique quand on pense qu’à l’époque des hommes préhistoriques, il était plus important de savoir si votre semblable allait vous tuer et voler tout ce que vous possédez que s’il était assez compétent pour allumer un bon feu.

Bien que l’on accorde beaucoup d’importance à la compétence, Cuddy affirme que celle-ci n’est évaluée qu’après que la confiance soit établie. De plus, trop vouloir montrer votre force peut se retourner contre vous.

Elle explique que les étudiants en MBA sont souvent si soucieux de paraître intelligents et compétents qu’ils en arrivent à manquer des événements sociaux, à ne jamais demander d’aide et finissent par sembler inapprochables.

Ces personnes perfectionnistes risquent d’être très désagréablement surprises de ne se voir proposer aucun poste. Qu’elles ne tombent pas des nues. Personne n’a pu apprendre à les connaître et à leur faire confiance.

Cuddy déclare la chose suivante : « si une personne que vous essayez d’influencer ne vous fait pas confiance, vous n’irez pas loin. En fait, vous susciterez même de la suspicion car vous paraîtrez manipulateur. Une personne chaleureuse, fiable et forte suscite de l’admiration. Mais c’est seulement après que la confiance a été établie que votre force sera perçue comme un avantage et non comme une menace ».

 

Article de Jenna Goudreau. Traduction de Soraya Bouznada, JDN.

Voir l’article original : « A Harvard psychologist says people judge you based on 2 criteria when they first meet you« .

La stratégie de la gratitude

La rude concurrence sur le marché a favorisé l’émergence de nouveaux modèles économiques, sans pour autant révoquer totalement les anciennes méthodes. Le bouche-à-oreille et les relations gagnantes-gagnantes rattrapent du terrain.

Besoin d’un développeur web ?

Trouvez gratuitement un freelance disponible pour vous aider !

Trouver un freelance

Ces bonnes recettes d’autrefois ont juste changé de nom et se font maintenant appelé « Thank You Economy » ou stratégie de la gratitude.

 

miniature-graphiste

Définition de la stratégie de la gratitude

Le « Thank You Economy » est un concept qui repose sur deux notions principales : la gratuité et l’échange gagnant-gagnant entre les partenaires.

En clair, elle promeut le partage de contenus web nécessaires à la construction d’une communauté d’internautes engagés autour de son entreprise.

La stratégie de la gratitude n’est pas un concept nouveau en soi. Mais, elle a été réinventée et mise en avant par l’entrepreneur Gary Vaynerchuk. Dans son livre intitulé « The Thank You Economy », l’auteur a voulu replacer le marketing relationnel au cœur du processus de vente sur internet, comme pour le marché physique.

Ce qu’elle apporte à l’entreprise… et aux clients

Si internet est souvent perçu comme une passerelle déshumanisante, la « Thank You economy » veut justement rétablir cette humanité. Elle entend remettre la relation humaine au cœur de la stratégie digitale.

L’idée maîtresse du concept consiste à donner quelque chose, par altruisme, afin d’en recevoir de la part des autres. Elle met ainsi un point d’honneur sur l’écoute et l’appréciation.

À travers cette notion, le consommateur a désormais la possibilité de faire connaître ses préoccupations. Ce qui lui permet d’apprendre de nouvelles choses à travers un échange désintéressé.

Pour l’entreprise et les marques, la stratégie de la gratitude est un excellent moyen d’accroître la satisfaction des prospects via des échanges riches et intéressants. Ce qui, au final, va les convertir plus facilement en client.

Que la « Thank You economy  soit utilisée par une PME ou une grosse structure, cette stratégie sert de levier pour construire une communauté sociale dynamique. Vous aurez donc compris que la stratégie de la gratitude n’est pas fondée sur un critère économique, mais plutôt culturel. Ce qui permet à l’entreprise d’échanger facilement sur tous les sujets avec sa communauté (clients, partenaires BtoB, etc.) et de s’humaniser. En effet, la spontanéité des échanges entre les différents acteurs crée un système de partage sans attente réciproque immédiate entre les interlocuteurs.

Comment mettre en œuvre la « Thank You Economy »

Plusieurs moyens sont nécessaires pour mettre en œuvre la « Thank You Economy ». Mais avant tout, gardez à l’esprit que le marketing relationnel passe inévitablement par l’échange !

Par exemple, si vous tenez un e-commerce, il va falloir intégrer le chat dans votre stratégie de communication. Cela permet d’échanger en live avec vos clients, d’avoir leurs avis en temps réel sur divers sujets, de les guider dans votre tunnel d’achat ou pour répondre à leurs besoins spécifiques dans les meilleurs délais.

La construction d’une communauté active sur les réseaux sociaux constitue aussi un préalable à la mise en œuvre de la « Thank You Economy ». Par ailleurs, l’utilisation de vidéo ou podcast valorise également la dimension humaine dans la relation commerciale par l’échange. Et surtout, n’oubliez pas de publier des contenus qualitatifs et utiles pour les consommateurs, sans rien demander en retour !

C’est une marque de confiance qui permet de nourrir votre stratégie de la gratitude.

La « Thank You Economy » entend (re)centrer la relation humaine dans la stratégie digitale globale. C’est une méthode qui profite à tout le monde, car vous pouvez aussi apprendre de nouvelles choses sur vos clients ou votre environnement.

Alors, prêt à adopter la stratégie de la gratitude ?

d’après Fabien de Codeur.com