Category Archives: Ecologie

Une vision de l’Internet des Objets en 2020

couvwyman

Le célèbre cabinet de conseil en stratégie Oliver Wyman vient de publier une étude détaillant les perspectives d’évolution pour les objets connectés dans les années à venir. Entre les nouveaux secteurs d’application des objets connectés et les chiffres de croissance vertigineux du secteur, le cabinet nous explique à grand renfort d’infographies de quoi le futur connecté est fait. En voiture !

« Avec l’internet des objets, une nouvelle révolution est en marche. » C’est par ces mots que débutel’étude du cabinet Oliver Wyman, aussi connu pour la finesse de ses analyses que pour la difficulté de son recrutement. Difficile en tout cas de contredire ce premier fait, tant l’évolution du marché des objets connectés est rapide, et sa croissance importante.

Même si la communication entre machines a près de 20 ans, il a fallu attendre une forte diminution du coût des capteurs, une explosion de la connectivité et des progrès dans la miniaturisation pour permettre le développement exponentiel des objets connectés tel que nous le connaissons aujourd’hui. Nous ne raisonnons désormais plus en machine-to-machine, mais d’univers entre univers avec de multiples interactions en simultané.

Croissance soutenue par des performances techniques accrues

Les innovations techniques qui devraient avoir lieu dans les prochaines années permettront une expansion toujours plus rapide du marché des objets connectés. En effet, une baisse du coût des capteurs devrait rendre les objets connectés de plus en plus accessibles, et les progrès dans la miniaturisation et la vitesse des transmissions de données seront sources d’une intégration toujours plus approfondie et efficace au quotidien.

L'évolution des technologies

Un impact sur tous les secteurs

Les secteurs utilisant des objets connectés sont de plus en plus nombreux, et cette tendance n’est pas prête de s’arrêter. De l’agriculture à l’industrie, des transports à la distribution, les objets connectés sont partout, et pas nécessairement connus du grand public.La révolution des industries

30% de croissance annuelle

En 2008, il y avait sur Terre autant d’objets connectés que d’êtres humains, soit 7 milliards. Il devrait y en avoir entre 50 et 100 milliards en 2020 (d’objets connectés, heureusement), cela représentant une croissance de plus de 30% par an. La valeur ajoutée des objets connectés devrait atteindre entre 1800 et 2200 milliards d’euros d’ici 2020. C’est beaucoup d’argent, et cela montre de façon éloquente les enjeux économiques colossaux liés aux objets connectés. Et ces objets connectés dépasseront le côté « gadget » que certains peuvent critiquer actuellement pour offrir des usages révolutionnaires : Smart buildings, voitures intelligentes, supply chains etc.

« A plusieurs reprises dans le passée, la pénétration des innovations a largement été sous-estimée. Thomas Watson, président d’IBM, ne pensait-il pas en 1943 qu’il y aurait un marché mondial pour cinq ordinateurs ? Plus récemment, en 1999, les estimations du taux de pénétration du téléphone mobile plafonnaient à 90% en France. Il est aujourd’hui de 120%. A son tour, Cisco prédit 10.000 milliards d’objets connectés en 2030. »

Croissance des objets connectés

Qui prendra le dessus ?

Il y aura dans cette course à la connexion des gagnants et perdants, des entreprises qui sauront tirer profit de l’expansion rapide de ce marché, et d’autres qui couleront faute d’avoir su s’adapter. De nouvelles entreprises naitront, des acteurs historiques s’adapteront, de nouveaux secteurs verront le jour et exploiteront la quantité gigantesque de données récoltées par la pléthore sans cesse grandissante d’objets connectés.

Si Oliver Wyman considère le scénario d’un monde monolithique où Google dominerait l’ensemble des secteurs peu probables, il envisage cependant l’émergence d’acteurs aujourd’hui encore à l’état d’incubation. Withings sera-t’il un jour le nouvel assureur santé ? Peugeot deviendra-t’il un assureur automobile ? En route pour le futur…

Assurance et IoT

Publicités

Elon Musk a-t-il sauvé les Etats Unis (et le monde) des énergies fossiles ?

C’est au début du mois qu’Elon Musk (le PDG de Tesla, SpaceX et créateur de l’Hyperloop ) a annoncé Powerwall un nouveau système de batterie destiné à nos domiciles. D’accord, jusque-là le produit ne fait pas rêver … et pourtant il a le potentiel de bouleverser l’industrie de l’énergie.

L’objectif de Musk est simple,  mettre fin à la dépendance des Etats-Unis (et du monde à plus long terme) en transférant la technologie des batteries que Tesla utilise pour ses voitures électriques pour l’installer dans les domiciles ou entreprises. Elon Musk souhaite renverser la façon que nous avons de générer aujourd’hui l’électricité, pour constituer un réseau de millions de centrale électriques solaires.

De la Musk-le Car au Powerwall

Dans sa présentation, Musk a annoncé deux types de produits. Le premier le Powerwall est une batterie plate au design alléchant (comparé aux batteries actuelles comme celle de votre voiture), qui peut être fixée au mur à l’intérieur comme à l’extérieur de votre domicile ou de votre entreprise.

Cette dernière stocke l’énergie générée par vos panneaux solaires en journée pour vous fournir toute l’électricité qui pourrait vous être nécessaire durant la nuit.

Powerwall-ElonMusk-1

.Le deuxième modèle est une version plus grande de la batterie à destination des entreprises de tailles moyennes à grandes avec une offre allant de 100 kWh à plus de 10MkWh. Les plus larges pouvant stocker suffisamment d’énergie pour alimenter une ville standard aux Etats Unis pendant près de 1 an.

Comme d’habitude avec les nouvelles technologies on pourrait penser que le projet n’est qu’à un stade embryonnaire et qu’on est encore loin du produit fini. Pourtant, l’intégralité de la conférence annonçant ces innovations a été alimentée par ces batteries.

Les deux modèles (7kWh et 10kWh) sont déjà disponibles à la réservation et devraient être livrés dès cet été

Le Powerwall change quoi à mon quotidien de consommateur ?

La plupart des logements consomment plus d’électricité le matin et le soir qu’ils n’en consomment pendant la journée.

Powerwall-ElonMusk-2

Traditionnellement et sans batterie de stockage, le surplus d’énergie solaire produit pendant la journée est revendu au fournisseur d’électricité … pour être racheté le soir même.

Le problème est double, les aller-retour avec le fournisseur d’électricité sont générateurs d’émissions de carbones et ils vous coûtent plus d’argent que si vous pouviez stocker votre électricité. Pourquoi ? Simplement, car les fournisseurs d’électricité vous font payer plus cher l’électricité à certaines heures lorsque la demande est forte. En stockant l’énergie en heure creuse pour vous la restituer lors des pics de consommation et de tarifs, le Powerwall permet une réduction des coûts.

Super, je fais des économies, c’est ça ta révolution ?

Alors que le soleil offre une énergie suffisante pour l’intégralité des besoins du genre humain, l’énergie solaire ne couvre aujourd’hui que 1% des besoins mondiaux. Le problème qui en découle est dramatique pour l’environnement, l’industrie énergétique actuelle aux Etats Unis produit à elle seule 2.000 millions de tonnes de CO2.

Pourquoi l’énergie solaire n’est-elle pas plus utilisée ? Car il était jusqu’à aujourd’hui très difficile de trouver des batteries appropriées pour stocker l’énergie solaire.

Aujourd’hui, utiliser une batterie (plomb-acide) est un chemin semé d’embuches. Difficile à installer, volumineuse, hideuse et coûteuse en maintenance il n’est pas étonnant de voir la plupart des gens se tourner vers des générateurs Diesel lorsqu’ils recherchent une indépendance énergétique.

La technologie développée par Tesla résout ces problèmes. D’autant plus que l’objectif n’est pas seulement de rendre chaque domicile indépendant énergétiquement, mais de créer des réseaux de batteries domestiques assimilable à de petites centrales électriques et permettant de réduire la dépendance du monde aux énergies fossiles.

Powerwall-ElonMusk-3En théorie et grâce à la facilité de transport et d’installation du Powerwall, on pourrait voir des quartiers, des villages, des villes et peut-être des pays devenir indépendants énergétiquement d’une façon qu’il était impossible d’anticiper auparavant.

Deux milliards de batteries

C’est selon les estimations effectuées par Tesla le nombre de batteries nécessaires pour que la planète soit à 100% indépendante énergétiquement. Le chiffre parait ridiculement énorme, mais il s’agit du nombre de voitures qui circulent actuellement sur la planète ce qui laisse Musk penser qu’il s’agit d’un effort réalisable par l’humanité.

Powerwall-ElonMusk-4

Suis-je un incurable rêveur ?

Peut-être que le projet fera un bide complet mais si une personne peut le mettre en place c’est bien Elon F*cking Musk.

On parle de l’un des cofondateurs de PayPal, à la tête aujourd’hui de Space X la première entreprise privée à avoir envoyé une fusée en orbite, CEO de Tesla, compagnie créatrice de voitures 100% électriques aujourd’hui investie dans les voitures automatisées. Si quelqu’un peut réaliser l’irréalisable c’est bien lui.
Parier contre lui ne s’est pas avéré fructueux ces dernières années.

Powerwall-ElonMusk-5

Cerise sur le gâteau, Elon Musk ne souhaite pas faire cavalier seul. Comme il l’a fait pour l’Hyperloop, il autorise au quidam lambda l’utilisation de sa technologie. Tous les brevets Tesla sont disponibles gratuitement au public. Il ne s’agit pas de faire du profit, mais d’agir pour le bien de l’humanité.

En démocratisant sa technologie, il espère réduire le temps que cela devrait prendre pour révolutionner le marché de l’énergie et créer un maximum d’impact sur la planète.