Tag Archives: etat des lieux

Evolution du système d’information financier

Alexandrine Lavaury, Directrice pédagogique, Francis Lefebvre Formation, et Christophe de Brébisson, Consultant Francis Lefebvre Formation et Associé chez DBA reviennent sur l’évolution du système d’information financier : état de l’art et enjeux pour les directions financières.

  • Les enjeux, importants, doivent être appréhendés en amont pour établir un cahier des charges précis, et savoir choisir la meilleure solution.
  • L’évolution des systèmes d’information impacte le profil des salariés des DAF.

Christophe de Brébisson :

Aujourd’hui le rôle et les enjeux de la direction financière quelle que soit la taille de son groupe, est double :
– Elle doit être le garant de la fiabilité de l’information produite périodiquement pour des besoins internes : chaque mois, chaque trimestre ou chaque année.
– Elle est également l’entité vers laquelle tous les tiers – banques, commissaires aux comptes, services fiscaux, fournisseurs – vont se tourner pour accéder à l’information dont ils ont besoin.

Pour répondre à ces demandes dans des délais toujours plus courts, il est nécessaire de disposer de systèmes efficients afin de permettre au Directeur Financier de se concentrer sur la communication financière et la production d’informations qualifiées. Il doit donc passer beaucoup moins de temps que par le passé à la production de l’information.

Une révolution technologique : le Cloud et la Saas

Les vrais enjeux en matière de systèmes d’information financiers ont débuté dans les années 90 lorsque l’on a commencé à voir arriver sur le marché des progiciels de gestion intégrés connus sous le nom anglais d’ERP, comme SAP (Systems, Applications and Products for data processing), PeopleSoft racheté par Oracle depuis, ou encore JD Edwards. Ces progiciels ont permis de faire le lien entre les flux d’activités et les flux financiers. A l’époque les modules financiers intégraient essentiellement des opérations liées au traitement des flux de la comptabilité générale et analytique, de la gestion des tiers et des règlements. En termes de traitement de l’information décisionnelle nous étions aux prémices des reportings, l’information pouvant être traitée et utilisée par requêtes souvent à la main des DSI. Cela correspondait aux premiers projets menés par les directions financières.

Depuis plus de 20 ans maintenant, des bonds fonctionnels et technologiques importants ont été réalisés, et l’un des derniers en date, certainement le plus important, est le Cloud Computing. Clairement, opérer sur un système externalisé et totalement mutualisé, exonère non seulement de nombreuses contraintes techniques comme l’installation, l’hébergement et la maintenance mais permet également de mutualiser les développements des applications et de les rendre ainsi plus agiles. Concrètement, les nouvelles applications développées en mode Saas permettent d’avoir accès via internet, et donc à distance, à ses applications, ce qui transforme les modes de traitement et de fonctionnement des responsables financiers. Ceci permet des gains en termes de productivité, de simplicité, de réactivité et donc au final de production de leurs reportings.

Nous sommes entrés dans une ère où toutes les tâches à faible valeur ajoutée sont simplifiées et automatisées au maximum, où l’on s’exonère de toutes ressaisies, où l’on simplifie et où l’on dématérialise les workflows d’approbation pour disposer d’une information financière en temps réel qui servira aux besoins de la BI (Business Intelligence).

Alexandrine Lavaury :

Certains points reviennent systématiquement dans les attentes formulées par nos clients vis-à-vis de leur système d’information.
La partie BI / pilotage : les directeurs financiers veulent pouvoir élaborer rapidement des tableaux de bord où figurent des informations qualifiées à l’attention d’une direction générale, d’un conseil d’administration ou d’une direction opérationnelle.

Les échanges « papier » : ils souhaitent que ceux-ci soient supprimés car ils retardent souvent un process de production d’information. Il faut donc les dématérialiser. Des outils existent, tels que la GED (Gestion Electronique Documentaire) permettant, notamment, une reconnaissance de caractères impliquant, lorsqu’une facture est scannée, de l’archiver, de la mettre dans un workflow d’approbation, puis de la comptabiliser. Il s’agit là d’une fonctionnalité extrêmement importante, notamment pour toutes les organisations décentralisées.

La possibilité de travailler de manière plus étroite avec la DSI (Direction des systèmes d’information) sur certains projets : les directions financières souhaitent être impliquées en amont pour mieux comprendre les enjeux et définir de façon plus précise leurs besoins. Elles veillent à ce que les contraintes technologiques ne soient pas un obstacle majeur à la réalisation du projet, telles qu’elles l’ont défini.

Christophe de Brébisson :

Nous sommes aujourd’hui sur des marchés arrivés à maturité où les différences entre logiciels sont minimes. Des fonctionnalités avancées (recherche pièces / écritures, pré comptabilisation, rapprochement / lettrage automatique, axes analytiques, multi langues, export Excel….) ont été intégrées dans les systèmes d’information par quasiment tous les éditeurs de la place. Sur les modules de base, les solutions sont donc extrêmement comparables. En revanche, certaines briques dites « expertes » n’ont pas été intégrées de manière systématique à ces « ERP financiers » et doivent donc être traitées à part ; tel est le cas des outils de dématérialisation, de trésorerie, de fiscalité ou de consolidation notamment.

Aujourd’hui, le facteur clé de succès est donc l’interopérabilité. La différence se fera sur la facilité d’ouverture du logiciel vers les autres applications financières, dites expertes. Sachant qu’il existe des applications qui communiquent plus ou moins bien entre elles, la différence va donc s’opérer dans la facilité à développer et maintenir ces interfaces avec les autres applications et dans la facilité de restitution de cette information en provenance de différentes sources.

Alexandrine Lavaury :

Nous constatons que dans les directions financières, en tout cas d’une certaine taille, il y a au moins une personne dont la fonction est de faire le lien entre les utilisateurs du S.I financier et le service informatique. Cette personne exprime le besoin émanant de la direction financière aux informaticiens et assure également le « service après-vente » en ce qui concerne les évolutions de la solution qui aura été trouvée. L’importance de bénéficier d’un système d’information fiable et évolutif est donc bien comprise car l’enjeu est d’importance.

Ces personnes « relais » ou des membres des DAF sont ainsi demandeuses de formations pouvant les aider à devenir plus pointus sur ces sujets ; Ce début d’expertise ayant lui-même pour but de les rendre aptes à juger des solutions proposées.

En tout état de cause, des profils hybrides sont apparus ces dernières années, avec des professionnels comprenant bien la technique, la technologie du produit, mais aussi le métier. Elles évoluent dans des organisations de type DOSI (Direction de l’Organisation des Systèmes d’Information). Ces personnes sont capables, demain, d’aller modifier dans l’outil un workflow pour créer l’habilitation d’une nouvelle personne, pour faire une ségrégation de droits ou réaliser une sauvegarde.

De son côté, le rôle de directeur financier évolue aussi : il devient de moins en moins expert sur des sujets financiers comme la comptabilité, la fiscalité, la trésorerie, car il n’est plus en mesure de tout gérer du fait de la complexification de ces périmètres. On constate qu’il joue de plus en plus le rôle de chef d’orchestre entre différents experts, qu’ils soient internes ou externes. Tout l’enjeu pour ce professionnel est de bien s’entourer et d’avoir suffisamment de recul pour comprendre les impacts de la mise en place du système sur les différents périmètres qu’il a sous sa responsabilité. De ce point de vue-là, ses compétences évoluent.

Christophe de Brébisson :

La conclusion est que l’évolution des technologies pousse le système financier à évoluer, et à devenir plus efficient avec, comme corollaire, l’évolution des compétences des directeurs financiers et de leurs équipes vers un rôle élargi de maitrise technique de leur système d’information. Désormais, on demande à ceux-ci d’avoir des compétences qui n’étaient pas exigées auparavant. Les DRH ont aujourd’hui comme critère de sélection pour un poste de chef comptable ou de directeur financier une connaissance approfondie des systèmes d’information financiers, voire d’un vécu projet sur cette thématique. Un CV sans mention d’Excel++, de Business Object, d’un ou deux ERP financiers et de BI connus, est moins regardé, même si le professionnel est parfaitement au fait de son métier de financier.

Alexandrine Lavaury, Directrice pédagogique, Francis Lefebvre Formation, et Christophe de Brébisson, Consultant Francis Lefebvre Formation et Associé chez DBA.

Solaire thermique : rien ne va plus mais rien n’est perdu !

Solaire thermique (1) : rien ne va plus mais rien n'est perdu !

Le solaire thermique baisse depuis 2008. Mais la professions’organise pour ressusciter le marché : nouvelles ambitions et qualifications, nouveaux systèmes et financements…

Selon Uniclima, le marché du solaire thermique a baissé de 21% en moyenne entre 2013 et 2014. L’an dernier, 75.000 m² de panneaux solaires ont été posés pour des installations individuelles (-21%) et encore 75.000 m² pour des installations collectives (-22,6%). Bien que plus sévère en France, cette baisse est générale à travers l’Europe.

Cette tendance négative s’explique d’abord par une conjoncture défavorable. La baisse des prix du fioul et du gaznaturel allonge considérablement le temps de retour d’une installation solaire thermique.

Mais, comme le souligne Robin Welling, président d’ESTIF (l’association européenne des industriels du solairethermique, http://www.estif.org) et dirigeant de Tisun, toute la filière du solaire thermique européenne a uneresponsabilité majeure.

Conjoncture et mauvaises politiques

L’industrie et les installateurs européens vivent depuis 30 ans avec divers régimes de subvention et de soutienfiscal des installations solaire thermique. Résultat, si les technologies européennes sont en pointe au niveaumondial, elles demeurent nettement plus chères que ce que proposent les industriels asiatiques, indiens  etisraéliens.

Les installateurs ont pris l’habitude de marges confortables, ajustant systématiquement leur prix à la hausse, enfonction du montant des aides allouées dans chaque pays, dit-il. Enfin, une grande partie de l’Europe pâtit d’unemultitude de règles d’urbanisme qui freinent inutilement le développement du solaire thermique

Il en veut pour preuve, le fait que l’Europe du Nord accepte mal le chauffe-eau solaire à thermosiphon, pourtantefficace pour la production d’eau chaude, simple à poser, peu coûteux, très fiable et qui, si on ne fait pas appel à sarésistance d’appoint, ne consomme pas d’autre énergie que celle du soleil.

  1. Les grecs s’embarrassent moins que nous de règles esthétiques. Depuis l’Aéropage à Athènes, juste endessous de l’Acropole, on voit des centaines de chauffe-eau solaires à thermosiphon, sans que cela dérangequiconque.
    Doc. PP

  1. De même, à Porto, des immeubles collectifs neufs sont équipés de CESI en thermosiphon, à raison d’un parappartement.
    Doc. PP

De nombreux obstacles réglementaires

En France, de nombreux obstacles réglementaires particuliers ont été ajoutés. Premièrement, le label BBC RT2005a été un formidable vecteur de développement du solaire thermique. Lorsque la RT2012 est arrivée, ce label adisparu, sans être remplacé par un autre dispositif incitant à faire mieux que la RT.

Le label BBC, rappelons-le, n’était pas obligatoire et ne coûtait rien à l’Etat. Il permettait juste aux Maîtresd’ouvrage de construire plus de m² sur une même surface de terrain en fonction de la performance thermiqueatteinte. Ce qui, au passage, procurait plus de rentrées fiscales aux communes et à l’Etat.

Deuxièmement, la RT2012 rend obligatoire l’emploi des ENR seulement en maison individuelle, pas en collectif, nien tertiaire. La version 2015 qui a augmenté le Cepmax pour un certain nombre de bâtiments, incite encore moinsà utiliser les ENR.

Pourtant, tout le monde sait que la prochaine RT en 2018 pour les bâtiments publics neufs, en 2020 pour tous lesbâtiments neufs, visera le BEPOS et rendra incontournable le solaire thermique et photovoltaïque. Ce n’est pas le moment de perdre le savoir-faire français en solaire thermique.

  1. Le couple solaire thermique/chaufferie gaz à condensation est devenu un standard efficace dans le collectifpour atteindre le label BBC RT2005. L’avènement de la RT2012 a brutalement coupé son développement.Depuis deux ans, il ne se fait pratiquement plus de solaire en collectif neuf.
    Doc. PP

De nouveaux clous dans le cercueil du solaire thermique

Une étude de USH (Union Sociale pour l’Habitat), livrée en septembre 2013 et réalisée en partenariat avec l’Ademeet GrDF, a en quelque sorte enfoncé de nouveaux clous dans le cercueil du solaire thermique.

Intitulée “Etude d’optimisation des installations d’eau chaude sanitaire solaire en logement social – Rapportd’analyse transversale de l’expertise de 15 installations de production d’ECS solaire”, cette étude porte seulementsur 15 installations et seulement sur des installations ne donnant pas satisfaction.

Une lecture trop rapide a conclu au fait que le solaire thermique, globalement, fonctionne mal, coûte trop cher àl’investissement, mais aussi à l’exploitation. Ce qui est un comble pour une solution fonctionnant à base d’énergiegratuite.

Sur les 15 opérations examinées, 12 installations comportent des chauffe-eau solaires collectifs, dits CESC :captage collectif, stockage collectif et appoint collectif. Une opération relève du CESCAI : chauffe-eau solairecollectif avec appoint individualisé (captage collectif, stockage collectif, appoint individuel).

Une installation fait appel à un CESCI : chauffe-eau solaire collectif avec stockage et appoints individualisés(captage collectif, stockages et appoints individuels). Une opération est équipée de CESI : captage, stockage et appoint individuels.

Des erreurs dès la conception

Le rapport met en évidence des erreurs caractéristiques dès la conception :  « estimation inadaptée des besoinsd’ECS, choix du solaire non-pertinent en termes de coût global (investissement et coût d’exploitation),complexification des schémas hydrauliques pour optimiser le taux de couverture, non-prise en compte en amont dusolaire dans la conception du bâtiment, confusion entre taux de couverture et taux d’économie, périmètre du tauxde couverture non-explicité, outil de dimensionnement non-adéquat, cahier des charges travaux trop succinct,compétences trop généralistes des bureaux d’études ».

Le rapport rappelle que « les règles de dimensionnement pour une installation solaire préconisent de ne pasdépasser 80% de couverture des besoins durant le mois où le besoin en ECS est le plus faible. Parmi les installations auditées, la moitié étaient surdimensionnées, l’autre moitié sous-dimensionnée ».

Bref, si ces installations ne fonctionnent pas correctement, ce n’est pas un hasard. Résultat, l’USH, toujours avecGrDF et l’Ademe a conçu et s’apprête à publier courant avril 2015, un guide de conception, dimensionnement, installation et exploitation des installations solaires thermiques collectives. Il sera gratuit pour les membres del’USH (les organismes HLM), payant pour les autres

  1. Les installations solaires collectives, surtout de grande puissance, sont des systèmes complexes. Ils doiventêtre correctement conçus, dimensionnés, exploités et maintenus.
    Doc. Viessmann

  1. Les constructeurs de panneaux, dont l’autrichien Tisun, ont développé des panneaux spécifiques, de grandesdimensions pour les installations collectives. Cela accélère considérablement la pose.
    Doc. PP

  1. Les vertus de la taille : ce panneau Tisun nécessite deux raccordements seulement, Au lieu de 6 au minimum pour les 5 panneaux individuels qu’il remplace, voire 12 si l’on veut pouvoir isoler un panneau.
    Doc. PP

De nouvelles qualifications

Cette étude de l’USH a provoqué un sursaut dans la profession. Enerplan, l’Ademe et d’autres …  ont admis qu’ilfallait augmenter la compétence globale des acteurs en solaire thermique pour redonner confiance aux Maîtresd’Ouvrage.
Par conséquent, la qualification Qualisol Thermique Collectif sera lancée fin mai 2015 par Qualit’ENR et garantirale savoir-faire des installateurs. Des formations sont déjà prévues au Costic et à l’INES pour les installateurscandidats.
Depuis le 1er janvier 2015, pour accorder des aides en solaire thermique (audits énergétiques, études thermiques,études de faisabilité ENR…), l’Ademe demande que le Bureau d’Etudes soit qualifié “RGE-Etudes”.

Quatre organismes délivrent cette qualification : l’OPQIBI, l’OPQTECC pour les économistes de la construction et les programmistes, I.Cert l’englobe dans sa certification BENR (Bureaux d’Etudes thermiques pour le Neuf et laRénovation), tout comme Certivea l’incorpore à sa certification “NF Etudes Thermiques”.

Seules les qualifications 2010 (à titre transitoire, cette qualification correspond à RGE seulement jusqu’au31/12/2015) et 2014 de l’OPQIBI portent spécifiquement sur le solaire thermique. Près d’un millier de BE sont déjàqualifiés “RGE-Etudes”.

Depuis 2013, le programme RAGE a publié 6 rapports ou recommandations professionnelles sur le solairethermique collectif et individuel. Ces textes portent particulièrement sur la conception et le dimensionnement et sontlibrement téléchargeables

  1. Dès 2018, tous les bâtiments neufs publics seront Bepos. Dès 2020, tous les bâtiments neufs devront l’êtreaussi. Ce n’est pas le moment de perdre tout savoir-faire en solaire thermique.