« Désimprimer » : une start-up transforme le rêve en réalité

« Il suffit d’empiler les feuilles à blanchir et de les positionner devant la bouche de l’appareil, pour les retrouver parfaitement propres à l’issue du processus », explique le directeur général de Reduse. (Crédits : Jonathan Joseph Bondhus/CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons)
L’entreprise britannique Reduse met à point un appareil permettant de blanchir tout papier imprimé au toner. Dans trois ans, elle devrait pouvoir le commercialiser.

Vider des poubelles débordantes, recycler les feuilles usagées, commander de nouveaux cartons… La gestion du papier fait partie des nombreux et coûteux casse-tête que les entreprises doivent gérer au quotidien. Mais ce cauchemar pourrait ne durer encore que quelques années: le temps nécessaire pour quela start-up britannique Reduse mette à point son projet.

Cofondée par David Leal, chercheur à l’Université de Cambridge, qui a conçu l’idée, et Hidde-Jan Lemstra, qui a convaincu ce dernier de commercialiser son invention, l’entreprise a élaboré une machine capable d’effacer tout texte imprimé au toner.

« Il suffit d’empiler les feuilles à blanchir et de les positionner devant la bouche de l’appareil, pour les retrouver parfaitement propres à l’issue du processus », explique Hidde-Jan Lemstra.

La technologie, qui utilise l’ablation au laser, fonctionne sur tous types de papiers et de couleurs: seul le texte éventuellement écrit ou ajouté au stylo ne peut pas – pour le moment – être effacé: soit 30% du papier jeté, selon l’entrepreneur.

Beaucoup moins de CO2 que lors du recyclage

Une révolution en termes de simplicité, donc: désormais, « il n’y aura même plus besoin de détruire les documents confidentiels », fait remarquer Hidde-Jan Lemstra. Mais aussi sous l’angle de l’impact sur l’environnement. « En blanchissant et réutilisant le papier, on émet 80% de CO2 de moins qu’en recyclant les feuilles », calcule le jeune directeur général.

Potentiellement, le même papier peut être réutilisé à l’infini, du moins tant qu’il n’est pas froissé ou déchiré. Et même l’encre pourrait à terme être réutilisée, une fois que le moyen de séparer les diverses couleurs aura été trouvé.

Le premier modèle sera vendu à 2.000 euros

Quid alors des coûts? « Les grosses sociétés, qui impriment beaucoup de documents, rentabiliseront leur acquisition d’une ‘désimprimante’ en 18 mois », estime  Hidde-Jan Lemstra, sur la base de celui qui devrait être le prix du premier modèle en vente: 2.000 euros.

Il faudra néanmoins patienter encore un petit peu, puisque la production devrait être lancée dans deux ans, pour une mise sur le marché dans trois. Reduse, qui a déja reçu au total 900.000 euros par un accélérateur de start-up de l’Union européenne basé au Royaume-Uni, l’un des Climate Kics, et levé 1 million d’euros auprès d’investisseurs privés, un fonds capital-risques et le gouvernement britannique, affirme avoir besoin au total de 5 millions d’euros afin d’atteindre son objectif.

Déjà contactée par de grosses sociétés

Sélectionnée parmi les finalistes de l’édition 2015 du concours entre start-up de l’Institut européen d’innovation et technologie (European Institute of Innovation and Technology, EIT), la société reste en revanche prudente quant à une éventuelle acquisition. « De très grosses sociétés sont déjà venues frapper à notre porte mais c’est trop tôt pour leur faire confiance », observe  Hidde-Jan Lemstra.

« Pour le moment, nous n’avons rien à leur vendre », observe-t-il humblement. Mais Reduse, qui aujourd’hui compte trois associés, six salariés et cinq partenaires en trois continents, et qui a déjà déposé ses brevets dans plusieurs pays, est surtout consciente du potentiel disruptif de son produit et n’a pas l’intention de le solder.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s